Toulouse: Pour contrer les fake news, des scientifiques organisent la riposte

CULTURE Face aux contre-vérités divulguées sur Internet, l’université fédérale de Toulouse vient de lancer Exploreur, un site Internet qui propage la vérité scientifique

Beatrice Colin

— 

L'Université fédérale de Toulouse Midi-Pyrénées lance Exploreur, un site anti fake-news.
L'Université fédérale de Toulouse Midi-Pyrénées lance Exploreur, un site anti fake-news. — ALLILI MOURAD/SIPA
  • L’université fédérale de Toulouse Midi-Pyrénées, qui fédère 143 laboratoires de recherche, met à la disposition de ses 7.000 chercheurs un site de vulgarisation scientifique.
  • Un moyen pour l’université de démystifier la science et de permettre au grand public de se faire sa propre opinion à partir de faits scientifiques.
  • Le site permettra d’accéder à une information vulgarisée, accessible à tous.

« Selon une étude sortie ces derniers jours, 36 % des Français de 18 à 24 ans seraient climatosceptiques ». Catherine Jeandel n’en revient toujours. Cette océanologue, qui scrute au quotidien les effets négatifs de l’activité humaine sur la planète, a failli tomber de sa chaise en lisant les résultats de cette étude d’opinion.

Un élément qui vient conforter le choix de l’université fédérale de Toulouse, dont elle est la présidente académique, de  créer d'Exploreur. Face aux contre-vérités qui pullulent ces dernières années sur la toile et qui prennent le pas souvent sur la réalité, ce site va diffuser les connaissances scientifiques issues des études des 45 laboratoires et structures de recherche de Midi-Pyrénées.

Loin des croyances populaires nées sur les fonts baptismaux des fake news, le credo de ce nouvel outil sera : les faits, rien que les faits.

« Une version papier a existé durant deux ans, mais elle avait du mal à toucher le grand public. Dans un contexte de remise en cause de ce qu’est la vérité scientifique, grâce à cette plateforme nous voulons mettre à disposition les savoirs, pour que chacun prenne connaissance de la science qui est en train de se faire », explique Philippe Raimbault, le président de l’université fédérale.

Eveiller l’esprit critique

Que ce soit les récentes données alarmantes sur la fonte du glacier de Vignemale ou l’impact de la responsabilité sociale des entreprises sur la diversité des entreprises, toutes sortes de sujets sont abordées. En s’appuyant toujours sur les travaux de l’un des 7.000 chercheurs de cette partie de l’Occitanie.

Loin des publications des publications scientifiques, qui nécessitent souvent d’avoir un bac +15 pour être comprises, ce site proposera des interviews vulgarisées sous forme de podcast, des portraits ou encore des vidéos. « L’objectif est d’éveiller son esprit critique, de mieux connaître la recherche en région », plaide Carine Desaulty, directrice du département « Recherche, doctorat, valorisation » à l’Université de Toulouse.

« Il y a une véritable urgence pédagogique à avoir envers les élèves, nos collègues aussi, ainsi que les élus », poursuit Catherine Jeandel qui dirige le Laboratoire d’études en géophysique et océanographie spatiales.