Anatomie: Un mini-cœur imprimé en 3D à partir de cellules humaines

SANTÉ L’organe ne peut pas être greffé mais il pourrait permettre de tester des traitements et vérifier leurs effets

20 Minutes avec agence

— 

Le «mini-cœur» humain développé et imprimé en 3D par des chercheurs israéliens.
Le «mini-cœur» humain développé et imprimé en 3D par des chercheurs israéliens. — Oded Balilty/AP/SIPA

Des scientifiques israéliens ont créé, grâce à une imprimante 3D, un cœur de la taille d’un organe de lapin à partir de cellules humaines. Le minuscule cœur n’est pour l’instant pas en mesure de battre, précise l’étude publiée ce lundi dans Advanced Science et relayée par Le Figaro.

Ces travaux représentent un espoir pour les patients souffrant de pathologies cardiaques ou en attente de greffe. Ce « mini-cœur » de 2 cm de long et d’un diamètre de 1,4 cm pourrait permettre de « tester des médicaments sur une structure anatomique appropriée ».

Une greffe ? Pas pour tout de suite

Pour mettre l’organe au point, les scientifiques se sont appuyés sur une vision très précise de sa structure d’origine. Ils ont obtenu celle-ci en colorant en bleu le système artériel et en rouge le muscle cardiaque. Le cœur a alors été imprimé en 3D avec un hydrogel personnalisé, constitué de cellules graisseuses provenant d’un patient.

Le cœur imprimé par les chercheurs israéliens est en théorie « capable de se relier à la vascularisation du patient », contrairement à leurs créations biologiques précédentes. Mais la fabrication d’un organe doté d’une taille et d’un mode de fonctionnement permettant une greffe à un malade n’est cependant pas encore d’actualité.