20 Minutes : Actualités et infos en direct
SCIENCESA 17 ans, ces lycéennes participent déjà à la recherche contre le cancer

Toulouse: A 17 ans, elles participent déjà à la recherche contre le cancer

SCIENCESMarine, Lucille et Alice, élèves en Terminale S près de Toulouse, vont représenter la France lors d'un prestigieux concours scientifique international, en mai aux Etats-Unis
Lucille Marin, Marine Tellier et Alice Rousseau représenteront la France au prestigieux concours ISEF à Phoenix, en mai.
Lucille Marin, Marine Tellier et Alice Rousseau représenteront la France au prestigieux concours ISEF à Phoenix, en mai. - Team ISEF France 2019
Nicolas Stival

Nicolas Stival

L'essentiel

  • Primées aux Olympiades de physique, trois lycéennes de Tournefeuille, près de Toulouse, vont participer à l’ISEF, le principal concours mondial de jeunes scientifiques.
  • Leur projet s’inscrit dans des travaux pour combattre le cancer avec des nanoparticules magnétiques.

Une interrogation, pour commencer. « Quelle est l’influence de la viscosité du milieu sur le cycle d’hystérésis des nanoparticules magnétiques ? » Vous ne vous êtes probablement jamais posé la question, à la différence de trois élèves de Terminale S du lycée Françoise de Tournefeuille, dans la banlieue ouest de Toulouse.

Marine Tellier, Lucille Marin et Alice Rousseau planchent sur le projet « Particules magnétiques : attention ça chauffe » depuis un an et demi, afin de faire avancer la lutte contre le cancer. Premier prix des Olympiades de physique début février à Lille, le trio représentera la France du 11 au 17 mai à Phoenix, un mois avant de passer le bac.

Lucille Marin, Alice Rousseau et Marine Tellier, encadrées par leurs professeures de physique-chimie Marlène Garrow et Christine Madelaine, et par Nicolas Hallali (LPCNO).
Lucille Marin, Alice Rousseau et Marine Tellier, encadrées par leurs professeures de physique-chimie Marlène Garrow et Christine Madelaine, et par Nicolas Hallali (LPCNO). - N. Stival / 20 Minutes

La capitale de l’Arizona accueille l’édition 2019 de l’International Science and Engineering Fair (ISEF). Tout simplement le plus grand événement scientifique mondial pour les moins de 20 ans, qui reçoit des milliers de jeunes venus de toute la planète. Chaque année, 20 % des projets sont primés et se partagent quelque quatre millions de dollars de récompenses.

« Même deux mois après les Olympiades, on ne réalise pas », confient les trois amies, âgées de 17 ans.

Tout a commencé lors de la Fête de la science 2017, alors qu’elles étaient en 1re S : « On cherchait un sujet de TPE [travaux personnels encadrés] et nous avons visité les locaux de l'Inserm et le laboratoire de physique et chimie des nano-objets [LPCNO, chapeauté par l’Insa, le CNRS et l’UT3-Paul-Sabatier] ».

L’accès à ce contenu a été bloqué afin de respecter votre choix de consentement

En cliquant sur« J’accepte », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires.

Plus d’informations sur la pagePolitique de gestion des cookies

Des scientifiques leur parlent alors de leurs travaux sur le traitement contre le cancer avec des nanoparticules magnétiques. Parmi eux, Nicolas Hallali, qui les encadre depuis, avec leurs professeures Christine Madelaine et Marlène Garrow.

Le principe ? « Insérer ces nanoparticules par voie intraveineuse, expliquent les trois lycéennes, qui partagent leur aventure sur Twitter, Facebook et Instagram. Les nanoparticules vont pénétrer seulement dans les cellules cancéreuses. Ensuite, on applique un champ magnétique à l’ensemble du corps humain. Les nanoparticules sont ferromagnétiques : quand elles sont soumises au champ magnétique, leur orientation bouge, ce qui libère de l’énergie thermique, autrement dit de la chaleur qui va détruire les cellules cancéreuses. »

L’accès à ce contenu a été bloqué afin de respecter votre choix de consentement

En cliquant sur« J’accepte », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires.

Plus d’informations sur la pagePolitique de gestion des cookies

Ce traitement est actuellement « en projet de recherche » au LPCNO. Cela vous semble complexe ? Imaginez ce que ça donne en anglais, la langue dans laquelle les trois lycéennes défendront leur projet à Phoenix…

Sujets liés