Planète Mars: RIP Opportunity (2004-2019)

ESPACE Le robot de la Nasa a officiellement rendu l'âme après 15 ans d'une aventure extraordinaire...

20 Minutes avec AFP

— 

L'ombre du rover Opportunity sur Mars en 2004.
L'ombre du rover Opportunity sur Mars en 2004. — NASA/JPL

« Rest well, rover. Your mission is complete. » Mercredi, la Nasa a officiellement annoncé la mort du robot martien Opportunity. En 15 ans, « Oppy » a écumé le sol martien et mené une mission fructueuse, notamment en confirmant que de l’eau avait coulé autrefois sur Mars.

Son bilan est extraordinaire dans l’histoire de l’exploration planétaire : 45,16 kilomètres parcourus et 217.594 images envoyées sur Terre, toutes mises à disposition sur Internet. Le contact est perdu depuis le 10 juin 2018, quand une tempête de poussières a englobé la planète rouge, obscurci l’atmosphère pendant plusieurs mois et empêché le rover de recharger ses batteries.

Eau liquide

Opportunity avait atterri sur une grande plaine où il a passé la moitié de sa vie, traversant des kilomètres de plat et restant même bloqué quelques semaines dans une dune de sable. C’est là que le robot, avec ses instruments de géologie, a permis de confirmer que de l’eau liquide se trouvait un jour sur Mars.

La seconde partie de sa vie, il a remonté les flancs du cratère Endeavour, prenant de spectaculaires clichés panoramiques… et découvrant des veines de gypse, nouvelle preuve que de l’eau coulait entre ces roches.

Son jumeau Spirit a atterri trois semaines avant lui, et s’est éteint en 2010. Les deux ont largement rempli les attentes de leurs concepteurs : leurs missions devaient théoriquement durer 90 jours, des durées souvent dépassées mais rarement d’autant… Seul un rover reste encore actif sur Mars, également américain : Curiosity, qui a atterri en 2012. Lui n’est pas dépendant du Soleil car son énergie vient d’un petit réacteur nucléaire. En 2021, il sera rejoint, sur un autre site de la planète, par le robot récemment baptisé Rosalind Franklin, dans le cadre de la mission européano-russe ExoMars.