Plus la musique est forte, plus on boit

SCIENCES Les clients de bar consomment davantage de boissons et les boivent plus rapidement si la musique est forte

V.G. (avec agence)

— 

"L'alcool est trop souvent pris par les jeunes comme un produit plaisir qu'ils ont la sensation de maîtriser", a commenté Philippe Lamoureux, directeur général de l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé
"L'alcool est trop souvent pris par les jeunes comme un produit plaisir qu'ils ont la sensation de maîtriser", a commenté Philippe Lamoureux, directeur général de l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé — Frank Perry AFP/Archives

Les clients de bar consomment davantage de boissons et les boivent plus rapidement si la musique est forte, selon les conclusions d'une étude qui sera publiée dans le numéro d'octobre de la revue sur l'alcoolisme destinée aux professionnels de la santé, «Alcoholism: Clinical & Experimental Research».

«De précédentes recherches avaient démontré que la musique dont le rythme est élevé entraîne une consommation plus rapide, et que la présence ou non de musique a une incidence sur le temps qu'une personne passe dans un bar», a déclaré Nicolas Guéguen, professeur en sciences comportementales à l'Université de Bretagne-Sud en France et l'un des auteurs de l'étude.

Deux bars

«C'est la première fois qu'une approche expérimentale sur le terrain établit les effets du volume élevé de la musique sur la consommation d'alcool», a-t-il ajouté. Nicolas Guéguen et ses collègues se sont rendus dans deux bars dont les propriétaires les ont laissés manipuler le volume sonore de la musique lors de trois samedi soirs.

Ils ont choisi au hasard 40 hommes âgés de 18 à 25 ans qui ont commandé un verre de bière pression et ont suivi leur consommation à des niveaux sonores différents. Les auteurs proposent deux hypothèses pour expliquer pourquoi une musique plus forte entraîne une plus grande consommation en un temps réduit.

Deux hypothèses

«Première hypothèse, en accord avec des recherches précédentes sur la musique, la nourriture et la boisson, des volumes sonores élevés peuvent entraîner une stimulation plus importante, qui incite les sujets à boire plus rapidement et à commander davantage», a expliqué Nicolas Guéguen.

«Deuxième hypothèse, de la musique forte a pu avoir un effet négatif sur les échanges sociaux dans le bar, et donc les clients ont bu davantage parce qu'ils parlaient moins», selon le chercheur français. Des conclusions à prendre néanmoins avec des pincettes vu le faible échantillon étudié par les chercheurs.

Vous êtes nombreux à témoigner sous cet article. Pierrick49 raconte par exemple ceci: «Je suis un ancien alcoolique festif. Pour part, plus la musique est forte et plus on est motivé à "passer une bonne soirée" et comme bonne soirée rime avec "grande quantité d'alcool"… De plus, il est vrai que dans certains clubs ou la musique est assourdissante, il est plus aisé de finir son verre que de parler avec son voisin ou voisine... Et oui, boire est toujours plus facile que le reste!» Newyork911 d'ajouter, «et oui, plus on boit, plus on dépense notre fric…» Dentistefou donne lui aussi son explication: «Plus la musique est forte et moins les gens s'entendent, ils se dirigent donc vers le bar pour éviter de devenir sourds et communiquer plus avec les autres personnes.» Damien2103 dit, lui, ne plus aller dans les bars où la musique est trop forte et ajoute: «Je ne bois pas en boite, trop cher, j'arrive pré-bourré!»

Qu'en pensez-vous? Ces hypothèses vous paraissent-elles pertinentes?