Lune: Les graines de coton qui avaient germé ne vont pas survivre au froid lunaire

ESPACE Tout le contenu de la « minibiosphère » qui s’est posée sur la Lune va mourir à cause des très faibles températures…

20 Minutes avec agence

— 

Les graines de coton qui ont germé à la surface de la Lune, enfermées dans la sonde chinoise Chang'e-4, le 15 janvier 2019.
Les graines de coton qui ont germé à la surface de la Lune, enfermées dans la sonde chinoise Chang'e-4, le 15 janvier 2019. — CHINE NOUVELLE/SIPA

Aucune plante ne pousse en fait sur la Lune. L’une des graines de coton qui avait germé dans le petit caisson étanche de la sonde Chang’e 4 a été victime du froid lunaire.

L’objet spatial s’était posé sur la Lune le 3 janvier dernier. Il s’agissait d’une mission inédite de la Chine pour alunir sur la face cachée du satellite. Depuis son arrivée, la sonde est confrontée à des températures extrêmes, pouvant descendre jusqu’à -170 °C, rapporte Futura Sciences.

Une « première » de courte durée

Les autres graines, les levures et les œufs de mouche qui ont été placés à l’intérieur de la « minibiosphère » vont aussi périr. C’est un coup dur pour la CNSA, l’Agence spatiale chinoise qui a annoncé la mauvaise nouvelle. « L’expérience est terminée. Les organismes vont progressivement se décomposer dans le conteneur totalement hermétique et n’affecteront pas l’environnement lunaire », a expliqué l’agence spatiale.

C’est seulement après leur voyage spatial de 20 jours que les organismes avaient été arrosés d’un peu d’eau. Les graines de coton avaient été les premières à germer, avait-on appris le 15 janvier. Il s’agissait alors d’une grande première : si des plantes s’étaient déjà développées dans l’espace, aucune n’avait encore germé sur la surface de la Lune.

Coloniser la Lune

« En savoir plus sur la croissance de ces plantes dans un environnement de faible gravité nous permet de jeter les bases de notre future base spatiale » a déclaré Xie Gengxin, qui dirige l’expérience, au South China Morning Post. Celle-ci est donc remise à plus tard, lors d’une prochaine expédition lunaire.

D’autres expériences de cultures spatiales destinées à la consommation pourraient naître prochainement. Leur succès permettrait d’envisager une prochaine colonisation de la Lune, voire de Mars dans un futur plus éloigné.