CNRS: La France acquiert un supercalculateur équivalent à 15.000 ordinateurs

TECHNOLOGIE A pleine puissance, ce nouvel outil offrira une capacité de calcul supérieur à 14 pétaflops par seconde, soit 14 millions de milliards d’opérations par seconde...

20 Minutes avec agences

— 

La France a acquis un supercalculateur qui sera installé au centre de calcul IDRIS du CNRS sur le plateau de Saclay (illustration).
La France a acquis un supercalculateur qui sera installé au centre de calcul IDRIS du CNRS sur le plateau de Saclay (illustration). — FRED SCHEIBER

Il permet de traiter de gros volumes de données et d’effectuer des calculs complexes. Ce mardi, la France s’est dotée d’un des plus puissants supercalculateurs d’Europe. L’outil, appelé HPC-IA, est particulièrement précieux pour les simulations du changement climatique, l’étude des matériaux ou encore la biologie.

« Le 21e siècle s’appuie tout entier sur le calcul pour comprendre, prévoir, innover, décider », a expliqué Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’innovation à l’occasion de la cérémonie de signature du contrat avec Hewlett Packard Enterprise (HPE), en charge de la construction.

14 millions de milliards d’opérations par seconde

Ce nouveau bijou technologique sera installé au centre de calcul IDRIS du CNRS sur le plateau de Saclay en région parisienne, au début du deuxième trimestre. Il devrait être accessible, sur projet, à partir de septembre. Son coût s’élève à 25 millions d’euros.

A pleine puissance, ce nouvel équipement offrira une capacité de calcul supérieur à 14 pétaflops par seconde, soit 14 millions de milliards d’opérations par seconde. Il s’agit là de la puissance cumulée de 15.000 ordinateurs de la dernière génération. Grâce à cet équipement, la France double sa puissance de calcul disponible.

Utile pour la recherche en intelligence artificielle

« Cette machine est un peu particulière car elle va également être utilisée pour la recherche en intelligence artificielle », a expliqué le PDG du CNRS Antoine Petit. Son acquisition s’inscrit dans le cadre de la stratégie nationale de recherche en intelligence artificielle lancée par le gouvernement en novembre dernier.

Selon Denis Veynante, directeur de la mission calcul-données du CNRS, il va permettre aux chercheurs « d’optimiser les algorithmes, de tester leurs limites, comprendre comment ils marchent, ou dans certains cas pourquoi ils ne marchent pas ».

BON PLAN : Découvrez tous les bons plans et codes promo Rakuten valides