Revivez l'atterrissage d'InSight: «Mars est une machine à remonter le temps»

LIVE L'atterrisseur de la Nasa s'est posé à la surface de la planète rouge à 20h53...

P.B.

— 

Première photo de Mars envoyée par le robot InSight, le 26 novembre 2018.
Première photo de Mars envoyée par le robot InSight, le 26 novembre 2018. — NASA

L’ESSENTIEL

  • L’atterrisseur de la Nasa InSight s'est posé avec succès sur Mars à 20h53.
  • La mission va ausculter les profondeurs de notre voisine, notamment avec un sismomètre français.
  • L’objectif est de comprendre comment Mars s’est formée et pourquoi elle a connu un destin aussi différent du nôtre.

A LIRE AUSSI :

 

0h00 : Ce live est terminé

La conférence de presse se termine. On aura bien vibré au cours de cette descente, merci d'avoir passé la soirée en notre compagnie. Le planning des prochains mois pour InSight est le suivant :

  • Prochaines heures : les panneaux solaires vont se déployer
  • Prochains jours : le cache des deux appareils photos va être retiré.
  • Prochaines semaines : la Nasa va étudier le terrain tout autour d’InSight pour déterminer le meilleur endroit pour déployer le sismomètre et la sonde thermique.
  • Mars 2019 : Les premières mesures précises sont attendues. Elles devraient permettre de déterminer les caractéristiques du noyau et du manteau de Mars, et de mieux comprendre comme certaines planètes deviennent habitable et pas d'autres.

 

23h50: Mars vu par Marco

Le nanosat Marco B, qui accompagnait InSight avec son jumeau Marco A, a pris cette photo de Mars à son approche.

 

23h35: Mars, une «machine à remonter le temps» pour la Terre

La grande question: pouquoi s'intéresser à la sismologie martienne? Le patron de la mission, Bruce Banerdt, explique que Mars, dont le moteur a calé après quelques dizaines de millions d'années, est "une machine à remonter le temps" pour mieux comprendre comment la Terre ou Vénus ont évolué, pouquoi avec deux planètes assez comparables, l'une est devenue habitable et l'autre un enfer. L'activité sismique de Mars devrait  permettre de déterminer si une exoplanète a de bonnes chances d'être habitable ou pas.

23h25: InSight va en révéler davantage sur la croute et le noyau de Mars

Le responsable de la mission explique qu'avec le sismomètre, on devrait pouvoir déterminer l'épaisseur de la croute martienne et surtout la nature du noyau, s'il est solide ou liquide. Cela a un impact sur l'habitabilité de Mars, notamment sur la température et son champ magnétique.

 

23h05: «C'était très très silencieux», raconte le patron de la Nasa

Jim Bridenstine donne le coup d'envoi de la conférence de presse. Il a reçu les féliciations de Donald Trump et Mike Pence, et salue les contributions de l'Allemagne et de la France à la mission InSight. Même l'équipage de l'ISS a suivi ce grand moment, et intervient rapidement en duplex.

22h45: Posez vos questions à la Nasa sur Twitter

Avec le hashtag #AskNASA. L'agence répondra à quelques questions des internautes lors de sa conférence dans 15 minutes.

 

22h35: Les émotions de la soirée en un GIF

De l'incertitude à la joie.

 

22h15: Conférence de presse attendue vers 23h00

La Nasa devrait fournir davantage d'informations, notamment sur le déploiement des panneaux solaires, sans lesquels les instruments à bord d'InSight, qui doivent être déployés dans les prochaines semaines, ne pourraient pas fonctionner.

21h50: Image très attendue demain matin

On devrait voir InSight sous son parachute lors de la descente, photographiée par la sonde Mars Reconnaissance Orbiter.

 

21h45: Thomas Pesquet est heureux

 

21h35: Les félicitations de SpaceX

 

21h35: Photo au QG de la Nasa

On ne s'en lasse pas.

 

21h30: Au fait, InSight, il va faire quoi?

Le robot ne pas pas creuser pour chercher des signes de vie (pour cela, il faudra attendre l'arrivée d'un rover européen et d'un américain en 2020). Avec son sismomètre SEIS, déployé pour la première fois sur une autre planète que la Terre, InSight va ausculter l'activité sismique sur Mars. Ces données permettront de déterminer, notamment, si le noyau de la planète est liquide ou solide. Et peut-être de comprendre pourquoi notre voisine a connu une évolution aussi différente de la nôtre.

21h30: Grosse joie au Cnes

C'est une mission internationale, avec un sismomètre français. Réaction au Cnes à chaud:

 

21h25: Photo de meilleure qualité

On voit un peu mieux l'horizon martien. Une fois le cache plein de poussière retiré, on aura des photos en full resolution dans les prochaines heures.

 

21h20: Félicitations du vice-président américain

Mike Pence est heureux.

 

21h15: Le Gorafi s'amuse

Mais non, les gilets jaunes n'ont rien pu faire.

 

21h10: On respire

Tout va bien pour le moment, le succès semble être total pour la Nasa. Mais il reste encore des moments risqués: InSight doit déployer ses panneaux solaires dans les 30 prochaines minutes, une fois que la poussière sera retombée. Les deux instruments, dont le sismomètres français, seront eux déployés dans les prochaines semaines, après de minutieuses vérifications.

 

21h05: InSight phones home, première photo reçue

 

20h53: TOUCHDOWN!!!

InSight s'est posé, et a priori, tout va bien, on va attendre des nouvelles dans les prochaines minutes. Grosse joie au JPL de la Nasa. Les high fives pleuvent.

 

20h51: PARACHUTE DEPLOYE

Allez allez!!

400 mètres d'altitude. 300 mètres.

20h50: Blackout normal

InSight doit freiner et encaisser 8G, et 1.500°C, le bouclier thermique doit faire son boulot. Blackout radio normal.

20h47: Début de la descente

 

20h42: Séparation réussie

Allez petit robot, let's go!

 

20h40: Pour l'instant tout va bien

Les différentes opérations d'ajustement pour arriver avec le bon angle se déroulent come prévu. Fingers crossed.

20h37: H-10 minutes

Tension maximale.

 

20h30 : La première image pourrait arriver dans les minutes suivant l’atterrissage

Quand recevra-t-on la première image (en cas de succès) ? Ça dépend. Si tout va bien (atterrissage réussi, instruments intacts, mini-satellites relais en bonne position), une image poussiéreuse de 256x256 pixels pourrait arriver dans les 10 minutes suivant l’atterrissage (cela avait été le cas pour Curiosity). Mais cela peut aussi prendre plusieurs heures.

20h20: 8 minutes de différé

C'est le temps que les signaux radio parcourent plus de 200 millions de kilomètres qui séparent la Terre de Mars. Tous les horaires donnés tiennent compte de ce délai. Vu que la descente ne dure que 6'45'', cela veut dire que lorsque l'on recevra le signal du début de la descente d'InSight, à 20h47, le robot se sera en fait déjà posé (ou écrasé) sur Mars.

20h10: InSight, ça veut dire...

Interior Exploration using Seismic Investigations, Geodesy and Heat Transport (Exploration interne par les sondages sismiques, la géodésie et les flux thermiques en VF). You're welcome!

20h00 : Bonsoir à tous

C’est parti pour une grande soirée les yeux braqués vers Mars. Et comme toujours, un atterrissage reste un moment où le coeur bat très vite. Le taux de réussite des atterrissages sur Mars n’est que de 40 % (RIP, Schiaparelli). Mais la Nasa maîtrise plutôt bien l’exercice, avec plusieurs succès consécutifs, le dernier en date étant Curiosity en 2012.

Sept ans de travail, sept mois d’un voyage de 500 millions de kilomètres et sept minutes d’angoisse. Ce lundi soir, InSight, l’atterrisseur de la Nasa chargé d’examiner la structure interne de Mars, doit se poser sur la planète rouge. Et les responsables de la mission vont retenir leur souffle pendant une descente à haut risque.

Voici la séquence des événements de la descente, baptisée « les sept minutes de terreur » :

  • InSight doit pénétrer dans l’atmosphère de Mars à 20h47, à un angle de 12°. Plus, et l’engin se consumera à cause des frottements. Moins, et il rebondira et errera dans l’espace.
  • Arrivant à près de 20.000 km/h, la sonde doit décélérer brutalement, notamment grâce au déploiement d’un parachute.
  • InSight va encaisser plus de 12G et devra survivre à des températures de près de 1.500°C, protégé par son bouclier thermique.
  • Le bouclier va ensuite être éjecté et l’atterrisseur doit se séparer du parachute puis freiner un peu plus grâce à des rétrofusées, jusqu’à une vitesse de 8 km/h. InSight doit ensuite poser ses trois jambes sur la plaine d’Elysium à 20h53, six minutes et 45 secondes après le début de la descente.

Chaque étape doit se dérouler à la perfection pour un happy-end. C’est complexe, mais contrairement à l’Europe et à la Russie, la Nasa a réussi ses quatre derniers atterrissages, notamment avec Curiosity en 2012. InSight, lui, n’a pas de roues et n’ira pas se promener. Il doit déployer un bras robotique et ausculter les profondeurs de Mars, notamment avec le sismomètre SEIS made in France. L’objectif : écouter battre le cœur de notre voisine, et comprendre pourquoi son moteur a calé il y a quelques milliards d’années.