Grâce à 20 nanosatellites, la localisation des objets connectés sera bientôt plus accessible

ESPACE La société toulousaine CLS, en partenariat avec le CNES, vient de lancer Kinéis qui doit mettre en orbite des nanosatellites pour suivre des millions d’objets connectés…

B.C.

— 

La constellation Kinéis de 20 nano-satellites devrait être mise en orbite en 2021.
La constellation Kinéis de 20 nano-satellites devrait être mise en orbite en 2021. — CLS

Comment suivre en direct le trecking au Népal du petit dernier de la famille ou pouvoir repérer un chalutier en naufrage au milieu de l’Atlantique. Aujourd’hui 90 % de la surface de la Terre est en « zone blanche », ou lorsqu’elle est connectée, c’est à des coûts souvent prohibitifs.

Sans compter que la demande est de plus en plus importante en matières d'objets connectés. Des moyens de transport aux montres, d’ici deux ans, il devrait y avoir 30 milliards d’objets connectés.

Pour répondre à ces besoins croissants, la société toulousaine CLS vient de créer une filiale, Kinéis, avec le soutien du CNES.

Deux lancements prévus

Grâce à une constellation de 20 nanosatellites placés en orbite en 2021, la géolocalisation et la collecte de données par satellite devraient être accessibles au plus grand nombre.

« Kinéis est un opérateur satellitaire qui fournira une connectivité unique, universelle, entièrement dédiée à l’industrie des objets connectés. Chaque objet équipé d’un modem Kinéis pourra être localisé et transmettre des données où qu’il se trouve, quelles que soient les conditions. La connectivité Kinéis est simple à intégrer, basse consommation, fiable, proposée à un coût très compétitif, la rendant accessible à tous », assure Alexandre Tisserant, directeur du projet.

Les nanosatellites pèseront seulement 25 kg chacun et pourront être envoyés dans l’espace en deux lancements.