Séisme du Sichuan : les pandas savaient!

Yaroslav Pigenet

— 

Bébés pandas au centre de recherche de Changdu, Chine, le 17 avril 2008.
Bébés pandas au centre de recherche de Changdu, Chine, le 17 avril 2008. — A. CHENG JIN / REUTERS

Avant que la moindre alerte soit émise, les pandas de la réserve nationale naturelle du Wolong, prés de Chengdu (Chine) ont senti arriver le tremblement de terre qui a frappé le Sichuan le 12 mai dernier. L’anecdote intéresse les scientifiques qui aimeraient bien comprendre comment les animaux s’y prennent pour faire mieux que les sismologues.

Du rififi dans les bambous

Dans les minutes qui ont précédé la secousse de magnitude de 7.9, Diane Etkins -une touriste britannique qui visitait les pandas du Wolong- a assisté à une scène surprenante: occupés à grignoter nonchalamment leurs bambous, les pandas se sont soudainement tous mis à s’agiter et à agir de manière étrange. Selon National Geographic, un groupe de touristes américains a d’ailleurs été témoin d’une scène similaire dans la pouponnière à panda de la réserve (que l’on peut voir dans cette vidéo amateur tournée plus d'un an avant le séisme).

Eléphants médiums et buffles clairvoyants

Ces témoignages confirment un phénomène connu depuis l’antiquité : certains animaux possèdent un « sixième sens » qui leur permet de sentir, parfois plusieurs heures avant un séisme, certains signes précurseurs des tremblement de terre, et de se mettre à l’abri. Les sismologues, qui ne disposent pour l’instant d’aucun moyen efficace de prédire les séismes, aimeraient bien comprendre sur quoi s’appuie ce sixième sens qui a poussé des éléphants et des buffles à s’éloigner des plages quelques heures avant le tsunami de 2004 et qui a rendu les chiens de Seattle nerveux à la veille d’un tremblement de terre.

Sixième sens

«Quand on pense aux pandas, avec leurs quatre larges pattes posées au sol, on se dit qu’ils doivent ressentir certaines secousses sismiques bien avant nous» avance Marc Brody, le président du fond Sino-américain pour l’environnement (USCEF). Toutefois, bien que de nombreuses hypothèses aient été avancées, aucune n’a pu être vérifiée à ce jour. Certains pensent ainsi que les animaux détectent les gaz rares – comme le radon – émis lorsque la croûte terrestre se déchire, d’autres suggèrent qu’ils perçoivent les variations de champ électromagnétique qui précèdent – parfois – les séismes. Les chercheurs n’excluent d’ailleurs pas que des espèces différentes recourent à des techniques différentes pour «sentir» les séismes.

Un pont humanitaire pour les pandas

4500 kg de bambou, 1050 kg de pousses ainsi qu’une grande quantité de soja, de pommes, de lait en poudre et de médicaments viennent d’être acheminés en urgence dans le Wolong pour nourrir les pandas qui vivaient en captivité dans le centre de recherche de la réserve, selon l’agence de presse officielle Xinhua. Alors que la catastrophe a tué 5 travailleurs du centre, seuls 2 pandas (sur 53) étaient encore portés disparus jeudi. En revanche, on ne sait toujours rien des 1590 pandas qui vivent à l’état sauvage dans le Sichuan.