Toulouse: Des chercheurs identifient une hormone de jouvence qui régénère les muscles

SCIENCE Des chercheurs toulousains planchent sur une hormone naturelle qui restaure la capacité musculaire. Une piste pour lutter contre la dépendance des seniors…

Helene Menal

— 

Un senior qui montre ses biceps. Illustration.
Un senior qui montre ses biceps. Illustration. — Superstock Sipa

Jouer les élixirs de jouvence pour les biceps en restaurant les capacités musculaires. C’est une des vertus de l’apeline, une hormone naturelle, selon les travaux publiés dans Nature Medicine par une équipe toulousaine de l'Inserm, de l' université Paul-Sabatier et du Gérontopôle du CHU de Toulouse.

Ces chercheurs ont administré à des souris âgées cette hormone sécrétée par la contraction des muscles quand on fait de l’exercice. Et elle a eu le même effet qu’une ingestion d’épinard pour Popeye : les cobayes ont vu leur capacité musculaire s’améliorer « significativement » et leurs fibres musculaires se régénérer.

Bientôt des essais cliniques

De quoi faire rêver les accros au body-building ou sportifs sur le retour. Sauf que cette découverte ne s’adresse pas à eux mais aux seniors qui voient leurs muscles fondre (sarcopénie) en avançant dans l’âge sans pouvoir freiner une inéluctable dépendance.

« Ces travaux permettent d’envisager l’apeline à la fois comme un outil de diagnostic précoce de la sarcopénie et comme un traitement prometteur pour lutter contre la perte de fonction liée à l’âge », souligne Philippe Valet, codirecteur de l’étude et professeur à l’université Paul-Sabatier de Toulouse.

Le Gérontopôle doit démarrer des essais cliniques à partir de 2019.

>> A lire aussi : Comment de simples randonneurs dans les Pyrénées aident la recherche sur une plante menacée