Espace: Un vaste lac découvert sous la surface de la planète Mars

PISCINE L’étendue d’eau fait environ 20 kilomètres de large, et se situe sous le pôle Sud de la planète rouge…

20 Minutes avec AFP

— 

Un selfie du robot Curiosity à la surface de Mars, le 4 février 2018.
Un selfie du robot Curiosity à la surface de Mars, le 4 février 2018. — Handout / NASA/JPL-Caltech/MSSS / AFP

Après des années passées à chercher de l’eau sur Mars, c’était presque devenu un mythe, une bonne blague. Ce mercredi, une équipe internationale d’astronomes annonce avoir repéré… un lac. La découverte de cette vaste étendue d’eau souterraine sous le pôle Sud de la planète rouge est un tournant dans la recherche de la vie et des origines de l’univers.

Situé sous une couche de glace martienne, le lac fait environ 20 kilomètres de large. « Il ressemble à l’un des bassins interconnectés situés sous plusieurs kilomètres de glace au Groenland et en Antarctique », explique Martin Siegert, géophysicien à l’Imperial College de Londres. Une présence qui laisse envisager la présence de davantage d’eau, voire de vie sur la planète rouge, selon un article publié dans la revue américaine Science Magazine.

Un passé « chaud et humide »

Etre en mesure d’accéder à des sources d’eau pourrait également aider les humains à survivre lors de futures missions d’exploration de la planète rouge, voisine de la Terre. Mais cette eau n’est certainement pas potable. Elle se trouve à 1,5 km de profondeur sous la surface, dans un environnement rude et glacial.

La présence d’une éventuelle forme de vie microbienne au sein du lac est sujette à débat. Certains experts se montrent sceptiques sur ce point, estimant que le lac est trop froid et saumâtre et contient une forte dose de sels et de minéraux martiens dissous. La température est probablement en dessous du point de congélation de l’eau pure, mais le lac peut rester à l’état liquide en raison de la présence de magnésium, de calcium et de sodium.

La planète Mars est désormais froide, désertique et aride, mais était auparavant chaude et humide et abritait une large quantité d’eau liquide et de lacs il y a au moins 3,6 milliards d’années

Radar embarqué

« C’est une découverte d’une portée extraordinaire, susceptible de renforcer les hypothèses quant à la présence d’organismes vivants sur la planète rouge », estime Fred Watson de l’Observatoire astronomique australien, qui n’a pas participé à l’étude. « Il faut néanmoins rester prudent car la concentration de sels nécessaire au maintien de l’eau à l’état liquide pourrait être fatale à toute vie microbienne similaire à celle sur Terre », ajoute-t-il.

La découverte a été faite à l’aide d’un instrument radar embarqué à bord de la sonde Mars Express de l’Agence spatiale européenne, lancée en 2003. Appelé Mars Advanced Radar for Subsurface and Ionosphere Sounding (MARSIS), l’appareil a été conçu pour trouver de l’eau souterraine en envoyant des ondes radar à travers la surface et la calotte glaciaire.

Un mètre de profondeur

MARSIS « mesure ensuite la façon dont les ondes se propagent et reviennent jusqu’à la sonde », explique l’étude, conduite par des chercheurs italiens sous la direction de Roberto Orosei, de l’Istituto Nazionale di Astrofisica de Bologne. Ces derniers ont sondé entre mai 2012 et décembre 2015 une région baptisée Planum Australe, située sous la calotte glaciaire sud de Mars.

« Le profil radar de cette zone est similaire à celui des lacs d’eau liquide trouvés sous les couches de glace de l’Antarctique et du Groenland sur Terre, ce qui laisse penser qu’il existe un lac subglaciaire à cet endroit sur Mars », détaille l’étude. Les astronomes disent ne pas être certains de la profondeur du lac, mais l’estiment à environ un mètre.

Scepticisme des scientifiques

Phénomène étrange, SHARAD, un radar plus performant, n’a de son côté pas été en mesure de détecter la présence du lac d’eau souterrain. « Il est étrange que SHARAD ne puisse pas confirmer cette découverte », s’interroge, dans un email à l’AFP, David Stillman, chercheur au département des études spatiales du Southwest Research Institute, au Texas.

« SHARAD ne peut en fait pas pénétrer la glace à cet endroit et personne ne comprend pourquoi », poursuit le scientifique américain, « sceptique quant à cette découverte ». Les chercheurs ont cependant bon espoir d’en faire de nouvelles : si la présence d’eau liquide a pu être détectée sous le pôle Sud de Mars, il pourrait être possible d’en trouver ailleurs.

>> A lire aussi : Mars. Curiosity apporte une preuve supplémentaire de la présence d'eau sur la planète

>> A lire aussi : VIDEO. De l'eau s'écoule à la surface de Mars

>> A lire aussi : Le développement de la vie sur Mars élucidé grâce à une île du Pacifique?