Jordanie: Des chercheurs ont découvert des miettes de pain vieilles de 14.000 ans

ARCHEOLOGIE Cette découverte fait remonter l’origine du pain 4.000 ans avant l’émergence de l’agriculture…

20 Minutes avec agence

— 

Les miettes de pain ont été trouvées sur un site archéologique dans le nord-est de la Jordanie (illustration).
Les miettes de pain ont été trouvées sur un site archéologique dans le nord-est de la Jordanie (illustration). — M.LIBERT/20 MINUTES

Une équipe d’archéologues qui explorait le site Shubayqa 1, dans le nord-est de la Jordanie, a analysé des restes de nourriture carbonisée trouvés sur place. Le résultat de ces recherches pourrait changer la théorie selon laquelle l’invention du pain était liée à la sédentarisation, selon un article publié lundi dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences.

Les conclusions de l’étude viennent aiguiser la curiosité des chercheurs puisqu’elles montrent que les restes analysés comportent des traces d’une très ancienne galette de céréales. Les origines du pain remonteraient donc à plus de 14.400 ans, soit quelque 4.000 ans avant l’émergence de l’agriculture.

Un pain pour les occasions spéciales

Interrogée par The Washington Post, Amaia Arranz Otaegui, l’une des auteurs de l’étude et archéologue à l’université de Copenhague, raconte : « Nos travaux montrent que le pain ne provient pas d’une société sédentaire et complexe mais des chasseurs-cueilleurs du paléolithique ». L’étude indique que les galettes de céréales étaient réalisées à l’aide de graines sauvages et réservées à des occasions particulières.

Dorian Fuller, archéobotaniste à l’University College de Londres, explique dans The Telegraph que « le pain nécessite un processus de production intensif (…) ». Selon lui, « ces galettes (…) laissent croire qu’elles étaient considérées comme spéciales et l’envie de produire plus de cette nourriture a probablement contribué à la décision de commencer à cultiver des céréales ».

De nombreuses études

Ces restes de pain ont été découverts sur un site présentant une structure ovale dotée d’un trou en son centre et entourée de pierres disposées soigneusement. C’est en fouillant dans des sédiments qu’Amaia Arranz Otaegui a découvert les échantillons.

Le peuple Natoufien qui vivait dans cette partie du Moyen-Orient fait l’objet de nombreuses études scientifiques car il est à mi-chemin entre la civilisation des chasseurs-cueilleurs et l’émergence de l’agriculture.

>> A lire aussi : Jordanie: Un site religieux découvert sous le sable de la cité antique de Petra

>> A lire aussi : Le «plus vieil extrait» de «L'Odyssée» d'Homère retrouvé en Grèce