Les ciseaux génétiques Crispr-Cas9 provoquent des mutations fréquentes et inattendues

GENES Ces ciseaux génétiques ont provoqué des mutations lors d'expériences menées sur des souris...

20 Minutes avec AFP

— 

La méthode CRISP-Cas9 permet de modifier un brin d'ADN et de jouer sur l'expression d'un gène.
La méthode CRISP-Cas9 permet de modifier un brin d'ADN et de jouer sur l'expression d'un gène. — J.DOUDNA/UC BERKELEY

Les incertitudes se renforcent autour de la technique expérimentale Crispr-Cas9. Une étude publiée ce lundi dans la revue Nature montre qu’elle a des conséquences inattendues : ces « ciseaux génétiques » ont provoqué des mutations importantes et fréquentes lors d’expériences menées sur des souris et des cellules humaines.

Ces travaux ont montré que les changements involontaires causés dans l’ADN par cette technique « ont été largement sous-estimés jusqu’à maintenant », a déclaré dans un communiqué Allan Bradley, du Wellcome Sanger Institute en Angleterre, où l’étude a été menée. « Envisager d’utiliser cette technique en thérapie génique doit s’accompagner de beaucoup de précautions, en surveillant les éventuels effets négatifs », a-t-il poursuivi.

Corriger une faute de frappe

Crispr-Cas9 est une découverte majeure dévoilée en 2012. Emmanuelle Charpentier et Jennifer Doudna, une Française et une Américaine, sont à l'origine de cette découverte, fréquemment citée pour l’attribution du prix Nobel.

Elle est basée sur une enzyme qui agit comme des ciseaux moléculaires. Ces derniers peuvent enlever des parties indésirables du génome de façon très précise pour les remplacer par de nouveaux morceaux d’ADN, un peu comme lorsqu’on corrige une faute de frappe dans un logiciel de traitement de texte. Cette technique n’en est qu’au stade de la recherche et n’est pas utilisée sur des humains.

Lors de précédents travaux, des chercheurs ont réussi grâce à elle à corriger une anomalie génétique dans des embryons humains. Cela ouvre potentiellement la voie à de grands progrès dans le traitement des maladies génétiques, mais soulève aussi de lourdes questions éthiques.

Influer sur l’expression de gènes défectueux

Car théoriquement, cette technique pourrait servir à produire des bébés génétiquement modifiés afin de choisir par exemple la couleur de leurs cheveux ou d’augmenter leur force physique. Les travaux dévoilés ce lundi ont mis en évidence des changements dans l’ADN de certaines cellules qui pourraient activer ou désactiver des gènes importants, avec des conséquences potentiellement lourdes.

« Cette étude souligne qu’en matière d’édition du génome, il est essentiel de vérifier que les modifications qui interviennent sont celles et seulement celles qu’on a voulu provoquer. Cela a toujours été une évidence », a commenté un chercheur qui n’a pas participé à l’étude, Robin Lovell-Badge, du Francis Crick Institute de Londres.

Pour autant, « ces résultats ne justifient pas qu’on panique ou qu’on perde la foi dans ces techniques », a-t-il poursuivi. L’ensemble des chercheurs insiste sur le fait qu’il est nécessaire de poursuivre les recherches sur Crispr-Cas9 avant toute application clinique.

>> A lire aussi : Manipulation génétique. Josiah Zayner, le biohacker qui va trop loin?

>> A lire aussi : Crispr-Cas9. Un espoir pour soigner les maladies génétiques mais des inquiétudes éthiques

>> A lire aussi : Thérapies géniques. «La médecine ne vaincra jamais la mort», estime Arnold Munnich