Manger des noix améliore la qualité du sperme, selon une étude

FERTILITE Les chercheurs tiennent toutefois à relativiser leur étude, et indiquent qu'un mode de vie plus sain en général améliore la qualité des gamètes...

20 Minutes avec AFP

— 

Les noix amélioreraient la qualité du sperme.
Les noix amélioreraient la qualité du sperme. — THIERRY ZOCCOLAN / AFP

Manger des fruits à coque comme des noix est une recette simple pour améliorer la qualité du sperme de l'homme, montre une étude présentée ce mercredi. Des chercheurs de l’université Rovira i Virgili à Reus (Espagne) ont séparé 119 hommes « en bonne santé », âgés de 18 à 35 ans, en deux groupes.

Les uns gardaient « leur régime alimentaire à l’occidentale habituel sans fruits à coque » ; les autres également, mais « complété de 60 grammes par jour d’un mélange d’amandes, de noisettes et de noix ».

Une recommandation pour tous les hommes qui souhaitent devenir pères ?

Au bout de quatorze semaines, le sperme des seconds était bien meilleur. Les chercheurs ont noté une amélioration « d’environ 16 % dans le nombre de spermatozoïdes, de 4 % dans leur vitalité, de 6 % dans leur mobilité, et de 1 % dans leur morphologie », résument-ils dans un communiqué de la Société européenne de reproduction humaine et d’embryologie.

Ces quatre paramètres ont tous leur importance pour la fertilité masculine, souligne l’auteur principal de l’étude, Albert Salas-Huetos. Ce biologiste ajoute qu’il serait prématuré d’en faire une recommandation pour tous les hommes qui souhaitent devenir pères.

« Pas surpris qu’un régime riche en noix soit associé à une amélioration du sperme »

« Nous ne pouvons dire cela en nous fondant uniquement sur les résultats de cette étude. Mais les preuves s’accumulent dans la recherche pour dire que les changements en faveur d'une vie plus saine, comme d’avoir un régime alimentaire sain, pourraient aider à la conception », explique-t-il.

Un professeur d’andrologie de l’université de Sheffield (Grande-Bretagne), Allan Pacey, n’est « pas surpris qu’un régime riche en noix soit associé à une amélioration du sperme ». Mais il estime qu’il y a « beaucoup de facteurs incidents qui pourraient s’être glissés dans l’équation, tels que le fait que les hommes le sachent et changent d’autres aspects de leur vie également », relève-t-il dans Science Media Centre.

>> A lire aussi : Sperme de moins bonne qualité, puberté précoce... Des perturbateurs endocriniens d'origine environnementale pourraient être en cause

>> A lire aussi : Dons de gamètes. Les centres de conservation militent pour le droit d'en savoir plus sur les donneurs

>> A lire aussi : Sperme et pollution de l'air feraient mauvais ménage, selon une étude