Nice: Un chercheur étudie les vents de Jupiter «pour remonter à l'origine du système solaire»

SCIENCE Grâce à la sonde Juno, Tristan Guillot vient de déterminer la profondeur des vents de surfaces de la planète Jupiter…

Mathilde Frénois
— 
Le pôle Sud de Jupiter, photographié par la sonde Juno.
Le pôle Sud de Jupiter, photographié par la sonde Juno. — NASA
  • « Pour la première fois, on est arrivé à mesurer la profondeur des vents en analysant le chant de gravité de la planète », affirme Tristan Guillot.
  • Résultat : 3.000 km de profondeur pour Jupiter.

Marre du mistral. Un chercheur niçois est donc parti s’intéresser aux vents d’une autre planète… depuis l’observatoire Côte d’Azur installé à Nice. Grâce à la sonde Juno, Tristan Guillot vient de déterminer la profondeur des vents de surface de Jupiter. Objectif : remonter à l’origine du système solaire grâce à l’étude de la planète la plus ancienne.

« Pour la première fois, on est arrivé à mesurer la profondeur des vents en analysant le chant de gravité de la planète », affirme Tristan Guillot, également directeur de recherche au CNRS et co-investigateur de la mission Juno. Résultat : 3.000 km de profondeur. Une donnée inédite en astronomie.

Aux origines du système solaire

« Ce qu’on cherche à savoir avec la mission Juno c’est comment se constitue la dynamique de la planète et comment se comporte sa composition », explique-t-il. Avec une masse 500 fois supérieure à celle de la Terre, Jupiter est la planète la plus massive. « On sait que Jupiter a fait bouger les planètes du système solaire et qu’elle a empêché qu’une planète plus grosse que Mars ne se forme. Essayer de comprendre de quoi elle est faite, c’est crucial pour remonter aux origines du système solaire. »

Et maintenant ? « L’idée c’est d’utiliser cela pour mieux comprendre ce qu’il y a à l’intérieur de Jupiter. Ne pas savoir comment elle tournait nous empêche de connaître l’intérieur. » Et c’est la sonde Juno, à 4.000 km au-dessus de Jupiter, qui pourra encore apporter une partie des réponses.

>> A lire aussi: Des jets de vapeur d’eau relancent l’espoir de trouver de la vie extra-terrestre