Arctique: La Nasa a repéré de mystérieux trous dans la glace, et elle ne peut pas les expliquer

BANQUISE Les scientifiques recherchent toujours une explication à la présence de ces trois mystérieux trous dans la banquise…

20 minutes avec Agence
— 
Les scientifiques ont avancé plusieurs hypothèses pour déterminer l'origine de ces trous (illustration).
Les scientifiques ont avancé plusieurs hypothèses pour déterminer l'origine de ces trous (illustration). — Clement Sabourin AFP

La Nasa a découvert trois mystérieux trous dans la banquise arctique au niveau de la mer de Beaufort, une gigantesque étendue de glace, rapporte Le Figaro.

Ces trous ont été photographiés le 14 avril dernier au cours de l’opération IceBridge, une mission de survol réalisée par l’agence spatiale américaine. Ils ont été repérés à environ 80 km de l’embouchure du fleuve MacKenzie, au nord-ouest du Canada.

Un phénomène mystérieux

Le phénomène laisse les scientifiques perplexes. Les différents indices sur la photo – la couleur de la glace, les vagues à côté et la gouttière sur le côté droit du cliché – ne suffisent pas à expliquer ces formations circulaires.

Cela prouve tout au plus que « deux blocs de glace se sont rencontrés ». Le responsable de la mission, John Sonntag, a déclaré qu’il n’avait « pas le souvenir d’avoir déjà vu ça quelque part ».

Causés par les phoques ?

Les scientifiques s’orientent vers deux hypothèses. La première est surprenante : les trous ressemblent à ceux causés par certains phoques dans la banquise afin de pouvoir respirer plus facilement lorsqu’ils chassent. Les cercles seraient alors dus à « l’accumulation d’eau ramenée par les phoques quand ils viennent à la surface », avance Walt Meier du Centre national américain de données de la neige et des glaces.

La seconde hypothèse serait celle de trous causés par des courants marins chauds. « L’eau est généralement peu profonde dans cette zone », explique Chris Shuman, glaciologue à l’Université du Maryland. Il évoque la possibilité de sources d’eau chaudes ou de courants souterrains venus de la montagne, qui fragiliseraient la couche de glace dans cette zone.