Un os de doigt d’Homo Sapiens, vieux de 85.000 ans, découvert en Arabie saoudite

PREHISTOIRE Cette découverte suggère que les Homo sapiens avaient donc déjà quitté leur berceau africain à cette date…

20 Minutes avec agences

— 

Des Homo Sapiens.
Des Homo Sapiens. — Prisma KCA/SUPERSTOCK/SIPA

Homo sapiens, également appelé l’Homme moderne, aurait-il quitté son berceau africain plus tôt que les scientifiques l’ont toujours pensé ? Plusieurs découvertes vont en tout cas dans le sens de cette théorie.

La dernière ? Un os de doigt, mis au jour en 2016 dans le désert de Nefud en Arabie saoudite et qui aurait au moins 85.000 ans, peut-être même 90.000 ans.

Une théorie remise en question

Cette découverte suggère que les Homo sapiens avaient ainsi déjà gagné l’intérieur de la péninsule à cette date, selon une étude publiée ce lundi dans Nature Ecology & Evolution.

Homo sapiens est apparu en Afrique il y a plus de 300.000 ans. Mais jusqu’à présent, on a estimé qu’il n’avait quitté le continent que bien plus tard, il y a environ 60.000 ans.

Le plus vieux fossile découvert hors d’Afrique

L’os en question, probablement le médian d’un majeur, est long de seulement 3,2 centimètres. Pour définir son âge, l’équipe d’Huw Groucutt de l’Université d’Oxford a utilisé la datation radiométrique, la mesure de la variation régulière au cours du temps d’éléments radioactifs.

Cet os serait le plus vieux fossile d’Homo sapiens « directement daté » découvert hors d’Afrique, selon les chercheurs qui arguent que les autres pouvant lui faire concurrence ne l’ont été que via les sédiments les entourant.

« Plus compliqués que ne le disent nos manuels »

« Il y a eu de multiples dispersions d’êtres humains hors d’Afrique, le mouvement migratoire et la colonisation de l’Eurasie ont été beaucoup plus compliqués que ne le disent nos manuels », juge Michael Petraglia, du département d’Evolution humaine à l’Institut Max Planck en Allemagne.

Selon la théorie dominante, les Homo sapiens ont quitté l’Afrique en une vague majeure, en longeant les côtes de la mer Méditerranée vers l’Est. Mais ce doigt montre « que les hommes modernes se déplaçaient dans les terres d’Eurasie, pas le long des côtes », conclut Michael Petraglia.

>> A lire aussi : L'homme de Cro-Magnon avait le visage couvert de nodules (et c'est pas beau à voir)

>> A lire aussi : Origine de l’homme moderne: Plusieurs vagues de migrations seraient parties d’Afrique