Située à plus de 9 milliards d’années-lumière, Icare est l’étoile la plus lointaine jamais observée

ASTRONOMIE Surnommée Icare, cette étoile est deux fois plus chaude et un million de fois plus lumineuse que le Soleil…

20 Minutes avec agence

— 

L'étoile Icare est située à plus de 9,3 milliards d’années-lumière de notre planète.
L'étoile Icare est située à plus de 9,3 milliards d’années-lumière de notre planète. — SIPANY/SIPA

Les spécialistes de la Nasa ont annoncé avoir observé l’étoile la plus lointaine jamais découverte. L’astre est éloigné de la Terre de 9,3 milliards d’années-lumière, soit une distance 100 fois supérieure aux autres astres étudiés jusque-là, hors supernovæ, explique une étude publiée lundi dans Nature.

>> A lire aussi : Mais qui va nettoyer les déchets en orbite dans l'espace?

Le corps céleste a été officiellement baptisé MACS J1149 + 2223 Lensed Star-1 mais a aussi reçu le surnom d’Icare.

Plus chaude et lumineuse que le Soleil

C’est grâce au télescope de la Nasa Hubble que les scientifiques ont pu détecter l’étoile aux caractéristiques exceptionnelles. Elle est en effet deux fois plus chaude que le Soleil et environ un million de fois plus lumineuse.

>> A lire aussi : Un astronome amateur décroche le jackpot en débusquant une supernova

Dans des conditions classiques, l’astre est trop distant pour être visible. Mais la lumière émise par l’étoile a été rendue plus grosse et plus facilement détectable par une accumulation de galaxies positionnées entre Icare et ses observateurs. Un phénomène que les spécialistes nomment « lentille gravitationnelle ».

Un astre très ancien

« Cette sorte de bizarrerie de la nature nous permet de voir des volumes beaucoup plus grands », résume le principal auteur de l’étude, Patrick Kelly. L’éloignement d’Icare et donc le temps mis par sa lumière pour parvenir aux chercheurs font de l’étoile un astre extrêmement ancien.

>> A lire aussi : Ils ont vu plus loin que jamais dans l'univers et découvert 72 nouvelles galaxies

Mais aussi une précieuse source d’information scientifiques sur une période lointaine lors de laquelle l’Univers avait un tiers de son âge actuel.