VIDEO. Station spatiale chinoise Tiangong-1: La date de son impact sur Terre est désormais connue

ESPACE Depuis fin 2016, la station spatiale chinoise Tiangong-1, un cylindre de 8,5 tonnes, est hors de contrôle…

20 Minutes avec agence

— 

La station spatiale Tiangong-1
La station spatiale Tiangong-1 — STR / AFP

La fin du feuilleton de la station spatiale chinoise Tiangong-1 est proche. Après son lancement en 2011, l’agence spatiale chinoise en a perdu le contrôle depuis fin 2016. Mais, l'Agence spatiale européenne a enfin réussi à déterminer, à quelques jours près, la date à laquelle ce « palais céleste » va toucher terre. Nul ne sait encore où se situera l’impact de ce cylindre de 8,5 tonnes.

Une zone d’impact à préciser

Entre le 29 mars et le 3 avril, mieux vaut regarder au-dessus de vos têtes. Selon l’Agence spatiale européenne, la station spatiale chinoise Tiangong-1 devrait toucher terre dans ce laps de temps, avec une probabilité plus importante pour le 31 mars d’après les calculs des spécialistes.

>> A lire aussi : VIDEO. Une station spatiale chinoise pourrait bientôt s'écraser en France!

Mais où tombera-t-elle ? Personne ne peut encore le dire. « L’inclinaison de l’orbite de la station chinoise est environ de 42,8 degrés, explique à Sud-Ouest Stéphane Christy, expert au Centre national d’études spatiales de Toulouse. Cela veut dire que si on projette cette orbite sur un planisphère, la zone terrestre sur laquelle va retomber l’objet est une bande comprise entre les latitudes – 42,8° et +42,8°. »

« Il n’y a jamais eu de victime »

Concrètement, cela signifie que la station spatiale chinoise Tiangong-1 pourrait tomber dans le sud de l’Hexagone, en Corse ou dans les Territoires d’Outre-Mer en ce qui concerne les zones françaises.

>> A lire aussi : VIDEO. Une station spatiale hors de contrôle va s’écraser sur la Terre (et personne ne sait où)

Mais les experts se veulent rassurants : « La probabilité d’avoir un problème ou d’éventuelles victimes est extrêmement faible », a précisé à LCI Christophe Bonnal spécialiste des débris spatiaux au Centre national d’études spatiales (Cnes). « Il y a eu 25.000 rentrées atmosphériques d’objets catalogués et il n’y a jamais eu d’accident majeur ni de victime », a-t-il ajouté.