Moustiques-tigres: Une invasion accélérée en Europe par les déplacements en voiture

AUTO-STOP «Cinq voitures sur 1.000 pourraient contribuer à disséminer [les insectes] en été le long des principaux axes de communication du sud de l'Europe», expliquent des chercheurs...

20 Minutes avec agence

— 

Le moustique tigre en plein repas. Illustration
Le moustique tigre en plein repas. Illustration — Jérôme Diesnis / Agence Maxele Presse

L’aedes albopictus, plus connu sous le nom de moustique-tigre, utiliserait entre autres méthodes de déplacement les véhicules des particuliers pour envahir l’Europe.

>> A lire aussi : C’est officiel, il faudra désormais vivre avec le moustique tigre

Ajouté au transport de marchandises, ce moyen de dispersion contribue donc à la mobilité sur le vieux continent de cette espèce invasive, crainte pour sa capacité à transmettre certaines pathologies.

Moustiques en voiture

Une expérience a été menée en Espagne à l’été 2015. Dans le cadre de cette étude, dont les résultats ont été publiés dans la revue Nature en octobre 2017, les chercheurs – aidés des forces de l’ordre – ont arrêté des voitures au niveau du péage d’une autoroute espagnole et en ont aspiré l’intérieur.

>> A lire aussi : Pourquoi la démoustication géante est un doux rêve (et pourquoi l’enfer va durer)

Dans l’habitacle des 770 voitures inspectées, les spécialistes ont retrouvé quatre moustiques-tigres femelles, parmi lesquels deux insectes décédés. Les auteurs de l’étude ont tiré de ce constat les déductions qui s’imposent. Chaque jour, sur les 6,5 millions de déplacements en voiture effectués dans les environs de Barcelone, entre 13.000 et 71.500 serviraient de moyen de locomotion à des moustiques-tigres.

Une portée de vol très limitée

« Cela signifie que cinq voitures sur 1.000 pourraient contribuer à disséminer le vecteur en été le long des principaux axes de communication du sud de l’Europe », analyse pour l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD) David Roiz, coauteur de l’étude.

Cette découverte répond à une question que se posaient les scientifiques sur le déplacement des insectes malgré leur portée de vol limitée. « La dispersion active, par le vol, ne peut suffire à expliquer l’extension de son aire géographique en Europe », rappelle David Roiz. « Il ne peut en effet se déplacer que de 100 à 300 mètres par ses propres moyens ».