En 2019, la Lune devrait disposer de son réseau 4G

ESPACE Space X, Nokia, Vodafone et Audi auront chacun un rôle à jouer dans la réalisation du projet de cette start-up allemande…

20 Minutes avec agence

— 

Illustration d'une nuit de pleine lune.
Illustration d'une nuit de pleine lune. — Xavier Francolon/SIPA

La start-up allemande PTScientists a dévoilé mardi 27 février les détails concernant l’opération « Mission to the Moon » destinée à déployer le réseau 4G sur la surface de la Lune.

L’entreprise berlinoise a annoncé dans un communiqué avoir intention de concrétiser son projet en 2019, à l’occasion du cinquantième anniversaire du premier pas humain sur le satellite naturel de la Terre.

Emmené par une fusée Falcon 9

Des géants mondiaux de différents secteurs d’activité sont impliqués dans le programme, dont Nokia, Vodafone, Audi et Space X, indique le texte, relayé par Les Echos.

>> A lire aussi : La Super Lune a illuminé le monde

C’est d’ailleurs une fusée Falcon 9 de l’entreprise spatiale américaine d’Elon Musk qui devrait décoller de Cap Canaveral (Etats-Unis) et déposer sur la Lune le module Alina, élément-clé du projet. L’opération constituerait au passage le premier alunissage privé de l’histoire.

« Pour que les humains puissent quitter leur berceau »

Alina servira de relais pour transmettre vers la planète bleue les photos et vidéos prises par deux rovers Audi lunar Quattro qui exploreront notre satellite. Le tout en utilisant un réseau 4G Vodafone installé pour l’occasion grâce à un équipement pesant moins d’un kilo fabriqué par Nokia.

>> A lire aussi : Lune: Une grotte géante découverte pourrait abriter un jour des astronautes

« Il s’agit d’un premier pas crucial pour l’exploration durable du système solaire. Pour que les humains puissent quitter leur berceau sur la Terre, nous avons besoin de développer des infrastructures au-delà de notre planète. (…) Ce qui est important dans l’utilisation de la technologie LTE, c’est qu’elle permet d’économiser de l’énergie. Et moins on en utilise pour envoyer des données, plus il nous en reste pour des opérations scientifiques », explique le fondateur et PDG de PTScientists, Robert Böhme.