ISS: Retour sur Terre réussi pour deux astronautes et un cosmonaute

ESPACE Les deux astronautes américains ont été très actifs sur Twitter pendant leur séjour...

M.C. avec AFP

— 

L'astronaute Joe Acaba sort du vaisseau Soyouz qui l'a ramené sur Terre, au Kazakhstan le 27 février 2018.
L'astronaute Joe Acaba sort du vaisseau Soyouz qui l'a ramené sur Terre, au Kazakhstan le 27 février 2018. — ALEXANDER NEMENOV / POOL / AFP

Deux astronautes américains et un cosmonaute russe sont revenus sur Terre mercredi, au terme d'une mission de plus de cinq mois à bord de la station spatiale internationale (ISS).

Alexandre Missourkine, de l'agence spatiale russe Roskomos, Mark Vande Hei et Joe Acaba, de la Nasa, ont atterri à 3h31, heure française, dans la steppe kazakhe, au sud-est de la ville de Jezkazgan.

Très actifs sur Twitter

Le cosmonaute, âgé de 40 ans, avait cédé le commandement de l'ISS à son compatriote Anton Chkaplerov mardi, avant de prendre les commandes d'un vaisseau Soyouz qui devait ramener le trio sur Terre. En deux missions, il a passé 334 jours dans l'espace.

Joe Acaba terminait à 50 ans sa troisième mission, atteignant un total de 10 mois passés en orbite, tandis que son collègue de 51 ans Mark Vande Heide, un ancien colonel de l'armée, effectuait sa toute première mission dans l'espace.

Les deux astronautes américains ont été très actifs sur Twitter pendant leur séjour, Joe Acaba postant par exemple dimanche dernier une photo de ses mains encadrant la Terre depuis le module d'observation «Cupola». Les trois hommes étaient arrivés dans l'ISS ensemble, en septembre 2017.

Pas de nouveaux cosmonautes russes avant 2019

Depuis 2011, la Nasa a cessé son programme de navette spatiale mais a récemment décidé d'augmenter ses effectifs à bord de l'ISS, alors que les Russes ont annoncé l'année dernière qu'ils allaient réduire les leurs pour des raisons budgétaires.

L'agence spatiale russe Roskomos ne devrait pas envoyer de nouveaux cosmonautes russes avant l'arrimage du nouveau module Nauka, qui a été repoussé plusieurs fois à 2019. Le laboratoire de la station spatiale internationale, un rare exemple de la coopération entre la Russie et les Etats-Unis, est en orbite depuis 1998, à la vitesse de 28.000 km/heure.