Jupiter: La «grande tache rouge» pourrait disparaître d'ici dix à vingt ans

ESPACE D’ici 10 à 20 ans, l’énorme anticyclone qui gronde sur la géante gazeuse devrait disparaître…

20 Minutes avec agence

— 

Voici une image de la grande tache rouge de Jupiter, révélée par la Nasa.
Voici une image de la grande tache rouge de Jupiter, révélée par la Nasa. — AFP

Jupiter va changer de visage. La géante gazeuse devrait voir sa « Great Red Spot » (grande tache rouge) disparaître.

>> A lire aussi : NASA: La sonde New Horizons a pris une photo à six milliards de kilomètres de la Terre

Un planétologue de la NASA affirme que ce gigantesque anticyclone, situé dans l’atmosphère de la plus grande planète du système solaire, devrait bientôt s’éteindre et « devenir d’ici dix à vingt ans une sorte de grand cercle rouge », rapporte Business Insider.

Une taille de plus en plus réduite

Glenn Orton rappelle qu’au XIXe siècle, le diamètre de la «  Tache rouge » était quatre fois supérieur à celui de la Terre. En 1979, ce chiffre a été revu à la baisse par la sonde Voyager 2, qui calculait un diamètre correspondant au double de celui de notre planète.

« Désormais, elle occupe quelque chose comme 13 degrés de largeur en longitude et seulement 1,3 fois la taille de Terre », affirme le scientifique. Une baisse continue qui démontre que dans l’espace, « rien ne dure éternellement ».

Un anticyclone stable et de longue durée

Comment expliquer le record de longévité de cet anticyclone, découvert par l’astronome César-François Cassini en 1665 ? Sur Terre, la tempête John (en 1994), la plus tenace, est restée vivace 31 jours seulement. Si le phénomène a pu perdurer aussi longtemps, c’est grâce au sens de rotation plus lent de Jupiter, permettant des vents violents soufflant à des vitesses inconnues.

>> A lire aussi : «Un nouveau pas» vers la prévision précoce des éruptions solaires (et c'est une très bonne nouvelle pour vous)

« Considérez la grande tache rouge comme une roue qui tourne et qui tourne entre deux tapis roulants qui se déplacent dans des directions opposées », explique Glenn Orton. L’anticyclone « est stable et de longue durée, car il est ''coincé'' entre deux courants-jets qui se déplacent dans des directions opposées ».