Astronomie: Super-lune, lune bleue ou lune de sang, on vous dit tout (et même ce que vous ne verrez pas)

BERLU(N)E Ce 31 janvier va marquer une conjonction rarissime de phénomènes célestes. Verra-t-on comme annoncé une super-lune, une lune bleue et même une lune de sang ? « 20 Minutes » fait le tri du vrai, du faux et des superstitions avec un astrophysicien…

Hélène Ménal

— 

Une lune de sang vue de Berlin, lors de l'éclipse du 28 septembre 2015.
Une lune de sang vue de Berlin, lors de l'éclipse du 28 septembre 2015. — B. Kriemann - Future Image - WENN.com - Sipa
  • Ce 31 janvier, la simultanéité de trois phénomènes astronomiques rares va braquer les projecteurs sur la Lune.
  • Il y aura une lune bleue, une lune de sang et une super-lune. Mais pas partout.
  • « 20 Minutes » fait le point avec l’astrophysicien Eric Josselin.

Bleue, rouge sang, noire… Ce mercredi 31 janvier, l’astre de la nuit doit passer par toutes les couleurs en raison d’une conjonction de trois phénomènes astronomiques si rare qu’elle ne s’est pas produite depuis 160 ans.

Alors, faut-il préparer une grossse Thermos de café pour passer une nuit glaciale à la belle étoile ? Petite revue de ces fameux phénomènes lunaires simultanés avec l’astrophysicien Eric Josselin, responsable scientifique du pic du Midi, directeur adjoint de l' Observatoire Midi-Pyrénées (université de Toulouse).

>> A lire aussi : Espace. L'astéroïde 2002 AJ129 va frôler la planète Terre le 4 février prochain

Une lune bleue, oui… mais non. L’expression « lune bleue » désigne une deuxième pleine lune dans le même mois, ce qui sera le cas de celle du 31 janvier. « Le phénomène est très simple. Le temps qui s’écoule entre deux pleines lunes est de 29 jours, explique Eric Josselin. Tous les deux à trois ans, il y a donc 13 pleines lunes au lieu de 12 dans l’année. »

Et si cette grosse lune « bonus » n’a rien à voir avec la couleur bleue, elle est associée au nombre 13. « Avec l’idée qu’elle porte malheur et toutes les superstitions qui vont avec depuis le Moyen Âge, poursuit le scientifique. D’où l’expression anglaise "blue moon", devenue "lune bleue". »

Une lune de sang, oui… mais pas chez nous. Si la lune bleue revient relativement souvent, il est extrêmement rare qu’elle soit couplée avec une éclipse totale qui se produit quand le Soleil, la Terre et la Lune sont parfaitement alignés. D’où l’enthousiasme des astronomes de tous poils.

Mais Eric Josselin douche le nôtre illico : « Cette éclipse totale ne sera visible qu’en Asie et dans le Pacifique. » Les chanceux qui pourront l’admirer auront aussi droit à leur lune de sang. « Les rayons du Soleil déviés par l’atmosphère de la Terre vont venir rougir la Lune », résume Eric Josselin. Et pour nous, ce sera sur Twitter ou Instagram.

>> A lire aussi : Pyrénées. Les premières images du «ponton dans le ciel» du pic du Midi donnent le vertige

Une super-lune en libre-service. Enfin, le 31 janvier est aussi une nuit de super-lune. La Lune, dont l’orbite autour de la Terre est légèrement aplatie, ne sera « qu’à » 359 000 km, donc plus proche que d’habitude. Théoriquement, elle doit nous apparaître plus grosse et plus brillante. « Mais la différence sera mince », glisse Eric Josselin pour qui « les super-lunes tiennent beaucoup de l’autosuggestion ». Au moins, celle-là, on la verra puisqu’il suffit d’y croire.