Le gecko sauvé par sa queue

Yaroslav Pigenet

— 

Robert Full/UC Berkeley

Les geckos fascinaient déjà les scientifiques et les ingénieurs pour leurs pattes «adhésives», mais c’est maintenant leur queue, ou plutôt l’usage qu’ils en font, qui attire la curiosité des chercheurs. Une équipe de l’Université de Californie à Berkeley (Etats-Unis) a découvert que sa queue évite au gecko de tomber et lui sert de gouvernail en cas de chute libre. Ces travaux ont été publiés mardi dans la revue « PNAS ».

Sur la piste des robots grimpeurs

C’est en testant des robots «grimpeurs» que Robert J. Full et son équipe du laboratoire biologie Intégrative à l’Université de Berkeley se sont aperçus que des pattes adhérentes ne suffisaient pas à éviter les chutes lorsque le robot s’attaque à d’une paroi verticale lisse. Une queue semblait indispensable pour stabiliser l’ascension. Mieux comprendre comment le reptile se sert de sa queue permettrait de mettre au point des robots explorateurs réellement tous terrains,

Une cinquième patte

Les chercheurs ont donc décidé de filmer avec une caméra rapide un vrai gecko à queue plate, de l’espèce Cosymbotus platyurus, en train de monter sur différents types de surface. Ce petit film mis en ligne par la revue «New Scientist» montre les diverses épreuves d’escalades auquel a été soumis l’animal… et comment sa queue lui a sauvé la mise à plusieurs reprises.

Gecko ninja

«Tant que nous avons fait courir nos geckos sur des surfaces lisses, ils ne sont jamais tombés et n’ont jamais eu recours à leur queue», explique Full. «Mais lorsque nous les avons placé sur un revêtement glissant, nous nous sommes aperçu qu’ils possédaient une queue dont ils se servent comme d’une cinquième patte pour éviter de tomber en arrière».

Mais ce n’est pas tout. En filmant les geckos qui chutaient malgré tout, les chercheurs ont découvert que la queue avait aussi une fonction de parachute. Le reptile dirige en effet sa queue de manière à ralentir sa chute et toujours retomber sur ses pattes, comme un chat.