Que deviennent les prématurés?

Yaroslav Pigenet

— 

Un cocon pour permettre aux nouveau-nés, notamment les prématurés, de se tenir comme dans le ventre de leur mère va être commercialisé après avoir été mis au point à l'Hôpital Nord de Marseille, a annoncé vendredi le docteur Christian Palix, chef du service de néonatologie.
Un cocon pour permettre aux nouveau-nés, notamment les prématurés, de se tenir comme dans le ventre de leur mère va être commercialisé après avoir été mis au point à l'Hôpital Nord de Marseille, a annoncé vendredi le docteur Christian Palix, chef du service de néonatologie. — Anne-Christine Poujoulat AFP

Bien que le taux de mortalité des grands prématurés ait fortement diminué grâce aux progrès de la médecine périnatale, une vaste enquête épidémiologique de l’INSERM à paraître dans la revue «Lancet» montre qu’un tiers des enfants nés avant la 33e semaine de grossesse nécessitent encore une prise en charge spécialisée lorsqu’ils atteignent l’âge de 5 ans.

 

Plus de 3.000 enfants pour une étude

L’enquête, baptisée EPIPAGE (Etude EPIdémiologique sur les Petits Ages GEstationnels), est coordonnée par Béatrice Larroque de l’unité Inserm 149 «Recherches épidémiologiques en santé périnatale et santé des femmes». 2.382 enfants nés en 1997 entre 22 et 32 semaines complètes de grossesse dans 9 régions françaises ont été suivis depuis leur sortie de la maternité. En parallèle, un groupe de référence de 666 enfants nés à terme a été constitué afin de permettre des comparaisons à différents âges du suivi.

 

40% ont des troubles moteurs à 5 ans

Entre la naissance et l'âge de 5 ans, des contacts ont été établis avec les familles afin de recueillir des informations sur la santé et le développement de l'enfant: 2 mois après la sortie de l'hôpital, puis aux âges de 9 mois, 1 an, 2, 3 et 4 ans. Un bilan psychomoteur complet a été réalisé auprès des 1.817 enfants encore suivis après cinq ans. L’enquête montre qu’à cet âge près de 40% des anciens grands prématurés étudiés présentent des troubles moteurs, sensoriels ou cognitifs. En outre 32% ont obtenu un score de Q.I inférieur à 85 et 12% un score inférieur à 70, contre 12% et 3% respectivement dans le groupe de référence.

 
Chaque semaine de grossesse compte

En fait, plus l’enfant est né avant terme, plus le taux de déficience et le suivi médical subséquent sont importants. Ainsi 42% des enfants nés entre 24 et 28 semaines de grossesse et 31% de ceux nés entre 29 et 32 semaines nécessitent une prise en charge médicale ou paramédicale spécifique à 5 ans, contre 16% de ceux nés à terme. Et 18% des enfants nés à 24-26 semaines de grossesse présentent une paralysie cérébrale à 5 ans, contre 12% de ceux nés à 29 semaines et 4% de ceux nés à 32 semaines.

 
 10.000 grands prématurés par an

Dans les pays européens, de 1,1% à 1,6% des enfants nés vivants sont des grands prématurés, c’est-à-dire nés avant la fin du 7e mois de grossesse ou avant 33 semaines de grossesse révolues. En France ce sont près de 10.000 enfants qui naissent grands prématurés chaque année.

Des études précédentes avaient fourni des données globales sur la santé des enfants nés très prématurément ou avec un très faible poids de naissance, mais l’enquête EPIPAGE met pour la première fois en rapport de manière détaillée le taux de déficience avec la durée de la grossesse. Elle montre notamment que chaque semaine de grossesse en plus permet de réduire le risque de déficience. Selon les auteurs de l’étude «prévenir les troubles d’apprentissage associés aux déficits cognitifs dans ce groupe représente un réel défi pour la médecine périnatale actuelle».