VIDEO. Un astronaute filme une «boule de feu» depuis l'ISS

ESPACE Les images capturées par Paolo Nespoli, un astronaute italien, sont rares…

20 Minutes avec agence

— 

L'astronaute italien Paolo Nespoli a filmé une « boule de feu » depuis l'ISS (en haut à droite de l'image).
L'astronaute italien Paolo Nespoli a filmé une « boule de feu » depuis l'ISS (en haut à droite de l'image). — Capture d'écran / Youtube ESA

S’il n’est pas exceptionnel d’observer des étoiles filantes dans le ciel, filmer une « boule de feu » est en revanche beaucoup plus rare.

L’astronaute italien Paolo Nespoli a eu l’opportunité de capturer cet instant le cinq novembre dernier depuis la Cupola, le module vitré de la Station spatiale internationale.

Plus brillant que les étoiles

Une « boule de feu » est un objet qui se met à brûler au moment où il entre dans l’atmosphère. Il s’agit du même type de phénomène, en plus gros et plus violent, que les étoiles filantes. En effet, ces dernières sont de petites poussières qui prennent feu, laissant une traînée derrière elle.

« Cela ressemble en effet à un météore très lumineux, ou boule de feu, a déclaré au Figaro Detlef Koschny, responsable des activités objets géocroiseurs à l’Agence spatiale européenne (ESA). C’est plus brillant que toutes les étoiles d’arrière-plan ».

>> A lire aussi : VIDEO. L'astéroïde en forme de cigare détecté en octobre vient bien d'un autre système solaire

Un phénomène courant mais rarement observé

Les spécialistes continuent leurs recherches pour identifier l’objet. « Cela aurait pu être un débris spatial, mais l’angle de rentrée est trop raide a priori », a ajouté Detlef Koschny. Selon un autre chercheur de l’ESA, Rüdiger Jehn, la « boule de feu » allait très vite, à 40 km/s, soit 144.000 km/h ! « C’est assez rapide pour un météoride mais cela reste dans la gamme de vitesses connues (entre 11 et 72 km/s) », a-t-il expliqué.

Si ces images sont si exceptionnelles, ce n’est pas en raison de la rareté de ces événements, puisque quelques milliers se produisent chaque jour. Mais, la plupart du temps, soit personne n’est là au bon moment pour les observer, soit cela se passe en pleine journée et le phénomène passe alors inaperçu.