Oiseaux: La forme de leurs œufs serait liée à leur aérodynamisme

DECOUVERTE Les scientifiques ont enfin levé le mystère sur les formes si variées des œufs des oiseaux…

20 Minutes avec agences
— 
Un nid de cigognes sur un poteau électrique, en Algérie.
Un nid de cigognes sur un poteau électrique, en Algérie. — ALLILIMOURAD_1209173

De récents travaux de l’Université de Princeton (États-Unis) viennent de lever le mystère sur la forme des œufs d’oiseaux. Ils démontrent que les variations de forme et de taille des œufs seraient directement liées aux aptitudes de vol des oiseaux.

Cette recherche, la plus étendue faite à ce jour, vient mettre un terme au mystère qui intrigue les scientifiques depuis des siècles. « Contrairement aux diverses hypothèses avancées jusqu’alors, nous avons observé que l’aérodynamisme détermine la forme de l’œuf », explique la biologiste Mary Caswell Stoddard.

Des théories remises en cause

Pour expliquer la diversité des formes d’œufs, les scientifiques avaient avancé des théories variées, comme celle du lieu où les oiseaux font leur nid. Ainsi, chez les oiseaux nichant au bord d’une falaise, les œufs ont le plus souvent la forme d’un cône qui les font rouler en petit cercle, évitant ainsi de tomber dans le vide.

Une autre théorie suggérait que certaines formes optimiseraient l’incubation pendant la couvée.

49.175 œufs passés au crible

Pour en avoir le cœur net, les chercheurs ont analysé la forme de 49.175 œufs de près de 1.400 espèces d’oiseaux, dont certaines sont éteintes, provenant de la banque de données du Musée des animaux vertébrés de Berkeley, en Californie.

>> A lire aussi : Une espèce de dinosaure perdant ses dents expliquerait l’évolution du bec des oiseaux

Ils ont classé les œufs en fonction de leur asymétrie et leur ellipticité, ainsi que selon des paramètres biométriques et environnementaux. Ils ont ensuite déterminé que l’aptitude de vol était un paramètre déterminant dans la forme des œufs.

Des œufs longs et pointus chez les oiseaux aérodynamiques

Ainsi, des oiseaux dotés de grandes aptitudes de vol pondent des œufs asymétriques ou elliptiques.

Les œufs de la chouette qui n’est pas réputée pour ses aptitudes au vol, sont sphériques. Chez les agiles colibris, ils sont elliptiques. Chez les bécasseaux, ils sont pointus.

En guise d’explication, les chercheurs avancent que le corps des oiseaux s’est adapté au fil des siècles pour mieux voler. Les changements morphologiques, comme la réduction de la cavité abdominale, ont pu en retour affecter la forme de leurs œufs.