Thomas Pesquet vivement critiqué pour avoir partagé trop de photos de la Terre

COUP DE GUEULE Très remonté contre Thomas Pesquet, un professeur qualifie la mission spatiale de « super-opération de communication »...

20 Minutes avec agence

— 

Thomas Pesquet, à Baikonur, le 16 novembre 2016.
Thomas Pesquet, à Baikonur, le 16 novembre 2016. — Dmitry Lovetsky/AP/SIPA

Si les Français semblent avoir été séduits par Thomas Pesquet et ses nombreuses photos partagées sur les réseaux sociaux pendant les six mois de sa mission à bord de la station spatiale internationale (ISS), ce n’est pas le cas de l’ensemble de la communauté scientifique.

A la tête des détracteurs de la nouvelle star de l’espace, l’astrophysicien Olivier Mousis. Dans une tribune publiée dans le Journal du Dimanche (JDD), ce professeur de l’université Aix-Marseille-ci déplore que les actions de communications de Thomas Pesquet aient pris le dessus sur les expériences qu’aurait pu mener l’ancien pilote de ligne.

« Thomas Pesquet n’a pas vraiment fait de recherche là-haut »

« Ce voyage si médiatisé, relayé sur Twitter et Instagram, relève plus de la super-opération de communication que de la mission scientifique », estime le professeur.

« Thomas Pesquet, qui est ingénieur, n’a pas vraiment fait de la recherche là-haut. Je me demande pourquoi Thomas Pesquet […] a passé son temps dans l’espace à photographier la Terre », s’interroge-t-il encore dans le JDD.

 

 

La contribution « limitée » de l’ISS à la science

L’enseignant estime par ailleurs que l’organisation de missions scientifiques spatiales à bord de l’ISS n’est pas justifiée. « A l’exception de la pesanteur, la plupart des conditions spatiales peuvent aujourd’hui être reproduites en laboratoire sur Terre », tacle le professeur qui qualifie la contribution de l’ISS à la science de « limitée ».

 

>> A lire aussi : Retour sur les 10 buzz du séjour de Thomas Pesquet à bord de l'ISS

 

Des sommes colossales dépensées

Pire, le spécialiste pointe un retour sur investissement « faible par rapport aux sommes dépensées ». Pour Olivier Mousis, les images postées par Thomas Pesquet sur les réseaux sociaux servent « à justifier la présence dans le ciel de l’ISS, cette machine énorme qui a coûté 150 milliards d’euros ».

Le professeur conclue son coup de gueule en déclarant que « l’homme est capable de faire un rêve bien plus merveilleux que celui de tourner autour de la Terre »…

>> A lire aussi : VIDEO. Thomas Pesquet, l’astronaute tellement parfait qu’il en serait presque énervant