Comment l'alcool aurait contribué à l'évolution de l'Homme

ETUDE Mutation génétique, traitement des infections ou des douleurs, croissance… L’alcool aurait aidé nos ancêtres et pourrait avoir joué un rôle dans l’arrivée de l’écriture ou des arts…

20 Minutes avec agence

— 

Illustration alcool, bière.
Illustration alcool, bière. — KROD/WPA/SIPA

Si l’abus d’alcool est dangereux pour la santé, sa consommation par nos ancêtres préhistoriques aurait cependant permis une accélération de l’évolution de l’homme. La substance aurait d’abord été à l’origine d’une mutation génétique chez nos aïeux il y a dix millions d’années avant d’avoir un impact non-négligeable sur la façon dont se sont développés les humains et leurs sociétés.

Une étude du généticien américain Matthew Carrigan révèle en effet qu’à cette période, l’ancêtre africain commun à l’homme et aux grands singes est devenu capable de métaboliser l’éthanol contenu dans l’alcool quarante fois plus vite qu’auparavant grâce à un profond changement génétique. Ce dernier est intervenu au moment où ces singes sont descendus des arbres.

En cause : des fruits parfois fermentés

« Ils ont alors commencé à se nourrir de fruits tombés au sol… fruits qui étaient parfois fermentés », raconte le scientifique, cité par Sciences et Avenir. Mais l’espèce aurait été menacée si elle s’était laissée affaiblir par les effets de l’alcool. En effet, comme l’explique Matthew Carrigan, « dégringoler, ivre, des arbres ou s’assoupir dans un environnement où rodaient les prédateurs leur aurait été fatal ».

Le besoin aurait donc été à l’origine de la mutation, qui a par ailleurs permis aux primates de bénéficier d’autres effets, bénéfiques, ceux-là, de la consommation d’alcool, comme une meilleure capacité à stocker les graisses ou à digérer.

Des « effets sur l’humeur » recherchés très tôt

L’hydromel naturellement fourni par les abeilles ou le vin ont ensuite remplacé les fruits pourris en tant que source d’alcool pour l’homme, accompagnée de la découverte de méthodes de fermentation contrôlée mais aussi de stockage des breuvages enivrants.

Avec à la clé, d’autres effets de l’alcool sur les premiers humains, leur évolution et leurs modes de vie. « Nos ancêtres auraient (…) recherché très tôt ses effets sur l’humeur », avançait le biologiste Robert Dudley en 2004.

Traitement des douleurs et des infections

Les premières libations seraient alors apparues et les boissons alcoolisées pourraient même, selon certains scientifiques, avoir joué un rôle dans l’invention de l’écriture ou le développement de l’activité artistique humaine.

L’alcool et son éthanol auraient en tout cas eu un impact sur l’évolution de l’organisme et du corps de nos ancêtres, en permettant notamment le traitement de certaines douleurs ou infections.

>> A lire aussi : Bière: Un meilleur antidouleur que le paracétamol ?

La fermentation des céréales aurait quant à elle fourni « les nutriments essentiels » qui « ont permis aux Mésopotamiens d’avoir une croissance physique correcte alors que leur régime alimentaire à base de pain et de gruau était déficient », estime l’archéologue allemande Adelheid Otto.