Turquie: Une stèle montrerait qu’une comète a failli causer la fin du monde il y a 13.000 ans

ETUDE Les symboles mystérieux dessinés sur un pilier dans l’un des plus vieux temples du monde décriraient le désastre et ses terribles conséquences pour la population…

20 Minutes avec agence

— 

Illustration d'une comète.
Illustration d'une comète. — O'Dell Dale/SUPERSTOCK/SIPA

Elles étaient jusqu’à présent incompréhensibles. Des inscriptions, présentes sur une stèle découverte à Göbekli Tepe (Turquie), révéleraient qu’une comète se serait écrasée sur l’Amérique du nord en 10.950 av. J.-C.

Or, c’est justement à cette période, il y a environ 13.000 ans, qu’aurait commencé l’ère du Dryas récent. Marquée par un refroidissement de la Terre ayant duré près de 1.300 ans, elle a causé l’extinction de plusieurs espèces animales, dont les mammouths. Une comète, ou un ensemble de plusieurs comètes, serait donc responsable de ce phénomène qui a bien failli entraîner la disparition de l’humanité et que les spécialistes cherchent à expliquer depuis longtemps.

L’un des plus vieux temples au monde

Cette théorie a été avancée par des chercheurs de l’Université d’Edimbourg dans une étude publiée dans la revue Mediterranean Archaeology and Archaeometry. Les spécialistes ont cherché à déchiffrer les symboles inscrits sur un pilier du temple turc, l’un des plus vieux du monde.

« Göbekli Tepe aurait servi de mémorial à cet événement dévastateur – probablement le pire jour de l’histoire depuis la fin de l’âge de glace. Je crois que cette étude, couplée aux récentes découvertes de platine répandue de façon anormale sur le continent nord-américain, font pencher la balance pour un impact de comète », a ainsi expliqué au Telegraph Martin Sweatman, co-auteur de l’étude.

>> A lire aussi : L’extinction des dinosaures pourrait avoir été causée par une comète

Des dégâts majeurs pour la population

Les scientifiques se sont notamment penchés sur les dessins d’animaux, et particulièrement sur une gravure représentant un renard. En partant du principe que ces symboles représentaient des constellations et en utilisant une modélisation informatique du système solaire à l’époque, les chercheurs ont en effet estimé qu’une comète s’était bel et bien écrasée sur la planète bleue.

C’est ensuite la représentation d’un homme sans tête sur la stèle qui a amené les archéologues à la conclusion que les dégâts avaient été majeurs pour la population.