Pluton va-t-elle redevenir une planète?

ASTRONOMIE Un groupe de six astronomes mène le combat et propose une nouvelle définition, bien plus simple...  

Philippe Berry

— 

Illustration: les huit planètes du système solaire.
Illustration: les huit planètes du système solaire. — NASA

Pluton, planète ou planète naine ? Chez les astronomes, le débat est presque aussi virulent que celui Mac ou PC chez les informaticiens. Et alors qu’on croyait l’affaire réglée depuis 2006, avec la rétrogradation de Pluton dans la seconde division des planètes naines suite à la découverte de plusieurs corps lointains dans la ceinture de Kuiper, six chercheurs veulent relancer le débat. Et s’ils gagnent leur bataille, il faudrait ajouter 110 planètes au système solaire, y compris… la Lune. Explications.

Pluton photographiée par la sonde New Horizons.
Pluton photographiée par la sonde New Horizons. - Science Mag / Nasa

Rond comme un ballon

Kirby Runyon, de l’université Johns Hopkins, et cinq de ses collègues de la mission de la Nasa New Horizons, proposent de simplifier la définition d’une planète comme « un corps de masse sub-stellaire qui n’est jamais entré en fusion nucléaire et qui a une (force) de gravitation suffisante pour être rond grâce à l’équilibre hydrostatique ». Traduction pour le grand public : « Un objet spatial rond plus petit qu’une étoile ».

En 2006, un vote d’environ 400 membres de l’Union astronomique internationale (UAI) a ajouté un troisième critère : une planète doit avoir « nettoyé le voisinage de son orbite ». C’est pour cette raison que Pluton a été rétrogradée : non seulement elle a une orbite très exotique, qui n’est pas dans le plan des autres planètes, mais on trouve dans cette zone de nombreux corps rond de masse similaire (Eris, Sedna etc.). Du coup, le système solaire ne comporte officiellement que huit planètes : Mercure, Vénus, la Terre, Mars, Jupiter, Saturne, Uranus et Neptune.

110 planètes supplémentaires ?

Si Kirby Runyon gagne son combat, il faudrait d’un seul coup ajouter 110 planètes au système solaire : Pluton, donc, mais également des objets transneptuniens et des satellites actuels comme la Lune, Europe ou Titan. L’astronome milite pour qu’on apprenne aux enfants les différents types de planètes associés à chaque zone : planètes telluriques, géantes gazeuses, naines, satellites, de la ceinture de Kuiper etc.

La Lune, une planète ? Ça risque de coincer. Sur le plateau de Stephen Colbert, cette semaine, l’astrophysicien médiatique Neil deGrasse Tyson a répondu par un big no no. « Il faut qu’ils arrêtent. Cela pendait au nez de Pluton depuis longtemps. Son orbite traverse le plan de l’orbite des autres planètes, c’est quoi ce comportement ? Reste dans ta file ! »

Son compère Mike Brown, qui a précipité la chute de Pluton en découvrant la planète naine Eris, ne veut pas non plus en entendre parler. Brown, qui tweete sous le doux pseudo @PlutoKiller, indique à Reuters qu’il faut « être aveugle » pour considérer que Pluton est une planète. Et il a raison.

Etes-vous #teamplanet pour Pluton ou estimez-vous qu’elle mérite sa place en ligue 2 ? Débattez ci-dessous dans les commentaires.