20 Minutes : Actualités et infos en direct
SANTEPlus de 200 groupes de gènes liés à la calvitie identifiés

Calvitie : Plus de 200 groupes de gènes responsables identifiés par les chercheurs

SANTELa génétique jouerait un rôle dans la perte des cheveux selon les travaux des chercheurs de l’université d’Edimbourg...
Une calvitie avancée.
Une calvitie avancée. - REUTERS/I.WALDIE
20 Minutes avec agences

20 Minutes avec agences

Prévenir les risques de calvitie. Un rêve qui pourrait devenir réalité pour grand nombre d’hommes au crâne dégarni grâce aux recherches menées par Saskia Hagenaars et David Hill de l’université d’Edimbourg (Royaume-Uni).

Dans leur analyse génétique, présentée comme la plus étendue jamais effectuée sur les causes de la calvitie et publiée ce mardi dans la revue américaine PLOS Genetics, les experts assurent avoir découvert 287 groupes de gènes liés à la calvitie.

L’accès à ce contenu a été bloqué afin de respecter votre choix de consentement

En cliquant sur« J’accepte », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires.

Plus d’informations sur la pagePolitique de gestion des cookies

Une formule capable d’anticiper le « risque crâne chauve »

Alors que jusqu’ici, seuls quelques gènes avaient été identifiés pour leur rôle dans l’alopécie, la découverte de Saskia Hagenaars et David Hill pourrait aider à mieux comprendre le rôle joué par la génétique dans la perte des cheveux. Et pourquoi pas même la prévenir…

Car une fois ces gènes identifiés, nos chercheurs qui ont passé au crible l’ADN de 52.000 hommes ont créé une formule capable d’anticiper le « risque crâne chauve » en fonction de la présence ou de l’absence de certains de ces plus de 200 marqueurs.

Identifier des sous-groupes de la population chez qui le risque est plus élevé

Si des diagnostics individuels précis sont encore « hors de portée », dixit les scientifiques, ces résultats peuvent en revanche d’ores et déjà contribuer à identifier des sous-groupes de la population chez qui le risque de perte de cheveux est nettement plus élevé.

Ceci notamment grâce à l’identification d’un grand nombre de gènes jouant un rôle dans la structure des cheveux et leur développement. « Nous avons identifié des centaines de nouveaux signaux génétiques, dont un grand nombre liés à la calvitie masculine, qui proviennent du chromosome X dont les hommes héritent de leurs mères », a précisé Saskia Hagenaars. Et la chercheuse de conclure que des traitements contre la calvitie pourraient être mis au point en ciblant ces gènes chez les hommes qui avaient jusqu’ici perdu un poil d’espoir.

Sujets liés