Australie: Ce requin femelle a fait des bébés sans l’aide d’un mâle

ANIMAUX Il s’agit d’un cas de parthénogénèse, c’est-à-dire le développement d’un embryon à partir d’un seul gamète sans qu’une fécondation ne soit nécessaire.…

20 Minutes avec agence
— 
Un requin-zèbre, âgé de 10 jours. Photo prise le 10 juin 2013.
Un requin-zèbre, âgé de 10 jours. Photo prise le 10 juin 2013. — FRED TANNEAU / AFP

Leonie, un requin zèbre femelle vivant dans un aquarium àTownsville (Australie), a donné naissance en avril 2016 à trois petits sans l’intervention d’aucun squale mâle. Trois ans auparavant, l’animal s’était déjà reproduit mais, cette fois, après un accouplement classique.

Les scientifiques australiens ont donc initialement pensé que Leonie avait stocké du sperme dans son organisme à cette occasion. Mais un test réalisé sur les trois bébés requins afin d’en identifier le père a révélé qu’aucun des éléments génétiques analysés ne provenait d’un mâle.

Le phénomène déjà observé chez des insectes et amphibiens

A leur grande surprise, les spécialistes ont même découvert que seule l’empreinte ADN de la mère figurait dans la partie du génome des bébés-poissons transmise par les parents. Comme le rapporte Christine Dudgeon, un des chercheurs impliqués dans une étude publiée ce lundi dans Nature, il s’agit donc d’un cas de parthénogenèse.

C’est-à-dire le développement d’un embryon à partir d’un seul gamète sans qu’une fécondation ne soit nécessaire. Le phénomène a notamment été observé chez certains insectes ou amphibiens et dans le monde végétal, précise Mashable.


Une évolution pour assurer la survie de son espèce ?

Pour les chercheurs, la capacité du requin à évoluer pour s’adapter à son environnement et assurer la survie de son espèce peut expliquer les changements intervenus dans le mode de reproduction de Leonie.

« Elle s’est adaptée aux circonstances et nous pensons qu’elle est passée à la reproduction asexuée parce qu’elle avait perdu son partenaire », avance Christine Dudgeon, qui souhaite désormais déterminer si un tel phénomène peut se produire chez des requins sauvages.

Le requin zèbre sur la liste des espèces menacées

L’enjeu est en effet important puisque le requin zèbre a fait il y a peu son apparition sur la liste des espèces animales menacées dressée par l’International Union for Conservation of Nature (IUCN).

Si la parthénogenèse devenait un mode possible de reproduction pour ces requins, il existerait un réel espoir de conservation de l’espèce. Et ce même si, à chaque génération née d’un seul parent, la diversité du capital génétique des individus se verrait limitée.