Ils découvrent un «cerveau miniature» dans une tumeur ovarienne

SANTE Les structures ressemblant au cerveau adulte sont pourtant rares…

20 Minutes avec agence

— 

Illustration: le cerveau humain.
Illustration: le cerveau humain. — Inition / Rex Features/REX/SIPA

En pratiquant une opération de l’appendicite sur une patiente de 16 ans, les médecins se sont aperçus qu’une « tumeur contenant un cerveau miniature était en train de grandir dans un ovaire ». Leur découverte, parue dans la revue Neuropathology, leur a permis de constater que ce cerveau miniature était suffisamment développé pour conduire un flux électrique entre les neurones.

Ces tumeurs bénignes ont un nom d’origine grec : tératomes, signifiant tumeurs monstres. « Une analyse plus détaillée » a « révélé qu’il s’agissait d’une plus petite version d’un cervelet, qui se trouve habituellement sous les deux hémisphères du cerveau. Une masse sur un côté ressemblait à une tige, la structure qui lie d’habitude la moelle épinière », explique la revue New Scientist (en anglais), qui relaie l’étude.

Des dérèglements psychologiques

Une tumeur ovarienne sur cinq contient des tissus étrangers « mais les structures ressemblant au cerveau adulte sont rares », indique Angelique Riepsamen, de l’université de South Wales (Australie). On y trouve la plupart du temps des cheveux, des dents, du cartilage, de la graisse ou encore du muscle.

En outre, les femmes possédant ce genre de tératomes ovariens peuvent souffrir de dérèglements psychologiques. Changements de la personnalité, confusion, agitation, pensées paranoïaques font partie des symptômes identifiés « quand le système immunitaire reconnaît les cellules du cerveau dans l’ovaire comme étrangères et lance une attaque ».

>> A lire aussi : Hong Kong : Un nouveau-né... enceinte

De son côté, la jeune patiente n’a présenté aucun de ces symptômes et la tumeur a pu être retirée sans dommage.