Quand bonheur rime avec amitié et santé plutôt qu’avec argent

ETUDE En effet, la sensation de bonheur serait conditionnée par des critères sociaux et psychologiques, et non par des facteurs économiques...

20 Minutes avec agence

— 

Un couple (Illustration)
Un couple (Illustration) — SUPERSTOCK/SUPERSTOCK/SIPA;

L’argent ne ferait pas le bonheur, mais les amis et la santé, oui. En effet, la sensation de bonheur serait conditionnée par des critères sociaux et psychologiques, et non par des facteurs économiques.

Telle est la conclusion d’une étude menée par des chercheurs de la London School of Economics, dirigés par Lord Richard Layard, professeur au sein du célèbre établissement et ancien conseiller de l’ancien Premier ministre britannique, Tony Blair.

>> A lire aussi : Et si la clé du bonheur se trouvait dans nos gènes?

Des Britanniques pas plus heureux qu’il y a 50 ans

Nos spécialistes ont observé qu’alors que le niveau de vie moyen au Royaume-Uni a fortement progressé ces cinquantes dernières années, les Britanniques ne s’estiment pas pour autant plus heureux.

Ainsi, « avoir un partenaire est aussi bon pour vous qu’être mis au chômage est mauvais », résume l’étude. En outre, si une politique nationale axée sur la lutte contre la pauvreté permettrait de réduire de 5 % le mal-être de la population, des mesures pour endiguer l’anxiété et la dépression contribueraient, elles, à faire baisser de 20 % les sentiments négatifs.

>> A lire aussi : A quoi sert-il d'être heureux? «Débarrassés du bonheur» pose la question

Pour les chercheurs, l’intensification de la lutte contre les maladies mentales permettrait aussi au gouvernement de réaliser des économies, en réduisant le budget alloué aux dépenses de santé.