Décès de John Glenn: Le jour où l’astronaute a frôlé la mort avant de devenir un héros

ESPACE Le 20 février 1962, son épopée spatiale a bien failli tourner à la catastrophe…

H. B. avec AFP

— 

Johnn Glenn embarque dans la capsule «Friendship 7» qui l'emportera vers l'espace, le 20 février 1962.
Johnn Glenn embarque dans la capsule «Friendship 7» qui l'emportera vers l'espace, le 20 février 1962. — AP/SIPA

Pour les Américains, c’était un véritable héros. La mort du légendaire astronaute John Glenn, ce jeudi à l’âge de 95 ans, laisse le souvenir de l’esprit conquérant et audacieux des Etats-Unis dans l’espace. Il restera dans l’Histoire comme étant le premier Américain à avoir effectué en 1962 un vol orbital autour de la Terre, en pleine Guerre froide. Un exploit réalisé à l’époque non sans frayeur.

Son épopée spatiale a en effet bien failli tourner à la catastrophe. Le 20 février 1962, lorsque John Glenn embarque à bord du Friendship 7, il ne se doutait pas qu’il allait faire face à toute une série d’incidents qui auraient pu lui coûter la vie à plusieurs reprises.

Un départ semé d’embûches

Dès le départ, les choses tournent mal. La capsule pique du nez et contraint le pilote à prendre les commandes. Le système de pilotage automatique du vaisseau tombe en effet en panne après la première rotation autour de la Terre. « Je me suis mis en mode manuel et j’ai gardé les commandes pour la deuxième et la troisième rotations », a raconté l’astronaute, soulignant qu’il avait toujours eu confiance dans ses capacités à réaliser ces manœuvres.

>> A lire aussi : John Glenn célèbre le 50e anniversaire du premier vol orbital américain

Le tout avec des problèmes de télémétrie qui faisaient craindre un problème avec le bouclier thermique de la capsule, qui devait l’empêcher de se consumer dans l’atmosphère lors du retour sur Terre.

Un retour sur Terre très compliqué

Après autant d’incidents, John Glenn aurait pu penser que le pire était derrière lui. Mais le retour sur Terre fut tout aussi compliqué. Lors de la descente dans l’atmosphère, son contact radio fut rompu pendant plusieurs minutes. Avec l’aide de la Nasa, il réussira non sans mal à poser le vaisseau dans le Pacifique. Très légèrement blessé après l’ouverture brutale de l’écoutille de Frienship 7, ses premiers mots seront : « C’était chaud là-dedans. »

Après son premier vol de 1962, l’astronaute aux yeux bleus perçants attendra 36 ans avant de regoûter aux joies de l’espace, lors d’une mission de neuf jours en 1998 au cours de laquelle il étudiera les effets du vieillissement en apesanteur. Il était alors âgé de 77 ans et reste à ce jour le plus vieil astronaute dans l’espace.