Thomas Pesquet dans l'espace: Le nouvel équipage est arrivé à bord de l'ISS

ESPACE La porte de communication entre le vaisseau Soyouz et la Station spatiale internationale s'est ouverte vers 1h40 dimanche matin...

B.D. avec AFP

— 

Les nouveaux arrivants ont rencontré l'équipage de l'ISS, le 20 novembre 2016.
Les nouveaux arrivants ont rencontré l'équipage de l'ISS, le 20 novembre 2016. — Nasa

C’est fait ! Le vaisseau Soyouz qui transporte le Français Thomas Pesquet, l’Américaine Peggy Whitson et le Russe Oleg Novitsky - partis de Baïkonour (Kazakhstan) jeudi soir - s’est amarré ce samedi à la Station spatiale internationale (ISS), où ils doivent passer six mois, a annoncé la NASA.

Après l'amarrage de la capsule à l’ISS à 22h58, heure française, et plus de deux heures de vérifications pour s'assurer de la parfaite étanchéité entre la capsule Soyouz et l'ISS, la porte de communication a été ouverte vers 1h40 dimanche matin, et les trois nouveaux arrivants ont été accueillis par l’astronaute américain Shane Kimbrough et les cosmonautes russes Sergueï Ryjikov et Andreï Borissenko, arrivés le 19 octobre.

 

Le commandant de bord du Soyouz, Oleg Novitski, rentre dans l'ISS, le 20 novembre 2016.
Le commandant de bord du Soyouz, Oleg Novitski, rentre dans l'ISS, le 20 novembre 2016. - Nasa
Thomas Pesquet passe la tête dans l'ISS, le 20 novembre 2016.
Thomas Pesquet passe la tête dans l'ISS, le 20 novembre 2016. - Nasa
L'Américaine Peggy Whitson rentre dans l'ISS, le 20 novembre 2016.
L'Américaine Peggy Whitson rentre dans l'ISS, le 20 novembre 2016. - Nasa

 

>> PORTRAIT. Thomas Pesquet, l’astronaute tellement parfait qu’il en serait presque énervant

Les trois astronautes sont partis à 2h20 locales vendredi (22h20 à Paris jeudi). Après la séparation de la capsule Soyouz MS-03 du troisième étage de ce mythique vaisseau spatial pour se placer en orbite à 200 km au-dessus de la Terre, presque neuf minutes après le décollage, l’équipage est resté plus de 48 heures dans ce minuscule module de seulement 2,5 mètres de long. Objectif : se mettre à la même altitude que la Station spatiale internationale, qui tourne à 28.000 km/h à 400 km au-dessus du globe terrestre.

Pour tuer le temps, Thomas Pesquet avait tout prévu. Il a ainsi publié la playlist qui a dû tourner dans le module depuis deux jours :

Et, pour partager au maximum son expérience, l’astronaute français avait également prévu une visite originale… celle des toilettes du Soyouz :

Enfin, Thomas Pesquet a programmé un tweet expliquant aux internautes comment l’amarrage à l’ISS doit se dérouler :

Le commandant de bord du Soyouz, Oleg Novitski, a une grande l’expérience de l’espace. A 45 ans, cet ancien pilote de l’armée de l’air russe, qui vient d’être père, a passé cinq mois sur l’ISS en 2012 et 2013. A 56 ans, l’Américaine Peggy Whitson cumule déjà 376 jours dans l’espace et totalise six sorties extra-véhiculaires. Elle a déjà deux séjours sur l’ISS à son actif. Son premier vol remonte à 2002, quand la Station spatiale était encore en train d’être assemblée. Face à ses coéquipiers, Thomas Pesquet, le dixième Français à être parti pour l’espace et le premier depuis 2008, fait figure de « petit jeune ».