ISS: La fusée à bord de laquelle le Français Thomas Pesquet s'envolera a rejoint son pas de tir

ESPACE La fusée qui emportera jeudi soir le spationaute Thomas Pesquet et ses coéquipiers sur la Station spatiale internationale (ISS) a rejoint ce lundi son pas de tir à Baïkonour...

20 Minutes avec AFP

— 

La fusée Soyouz à Bakonour, le 14 novembre 2016.
La fusée Soyouz à Bakonour, le 14 novembre 2016. — ESA–Manuel Pedoussaut, 2016

La fusée qui emportera jeudi soir le spationaute Thomas Pesquet et ses coéquipiers, le Russe Oleg Novitski et l’Américaine Peggy Whitson, sur la Station spatiale internationale (ISS) a rejoint ce lundi son pas de tir du cosmodrome de Baïkonour, au Kazakhstan.

>> A lire aussi : Mais que va-t-il donc faire là-haut ?

« Ça sent le décollage ! »

Thomas Pesquet a posté une photo sur Twitter avec le message « L-3 [L pour lancement] : Transfert de la fusée jusqu’au pas de tir. ça sent le décollage ! »

Le lanceur Soyouz a quitté à 7 h (heure locale) son hangar avant de rejoindre, tracté par une locomotive à très lente allure à travers l’immense cosmodrome, le pas de tir à partir duquel il décollera vers l’ISS, jeudi à 21 h 20 GMT (22 h 20 heure française). Quelques centaines de personnes parmi lesquelles de nombreux anciens ou futurs cosmonautes, ont assisté à cette cérémonie.

Respectant une tradition russe, Thomas Pesquet et ses coéquipiers ne pourront en revanche pas voir leur fusée avant le décollage. Avec le Français, Peggy Whitson et Oleg Novitski resteront six mois sur l’ISS, où ils rejoindront les Russes Sergueï Ryjikov et Andreï Borissenko et l’Américain Shane Kimbrough.

>> A lire aussi : QUIZ. Etes-vous prêt(e) à prendre la place de Thomas Pesquet?

Après le décollage de leur fusée Soyouz, jeudi soir, ils resteront plus de 48 heures dans leur minuscule capsule avant de s’arrimer à l’ISS le 19 novembre, à 22 h GMT (23 h heure française).

Deux heures de manœuvres, à plus de 28 000 km/h en orbite autour de la Terre, seront encore nécessaires avant l’ouverture de l’écoutille reliant le Soyouz MS-03 à l’ISS, à très exactement 0 h 15 GMT (1 h 15 heure française).

>> A lire aussi : Sur les réseaux sociaux, les astronautes emmènent les twittos dans l’espace