Station spatiale internationale: La Nasa fait la chasse aux mauvaises odeurs

OUST Le manque de renouvellement de l'air devient un problème majeur dans le vaisseau qui n'est pas équipé de VMC...

20 Minutes avec agence

— 

La Station spatiale internationale.
La Station spatiale internationale. — REX/REX/SIPA

« Rien ne se perd, tout se transforme. » C’est sur cet adage du chimiste Antoine Lavoisier que la Nasa s’appuie pour tenter de résoudre le problème des mauvaises odeurs au sein de la station spatiale internationale (ISS).

Comme le rapporte Sciences et Avenir, l’agence spatiale américaine a lancé une phase d’expérimentation pour y remédier. Le manque de renouvellement de l’air devient un problème majeur dans le vaisseau qui n’est pas équipé de VMC (ventilation mécanique contrôlée).

Des odeurs d’antiseptique ou de sac-poubelle

« Alternativement, l’ISS sent soit l’antiseptique, soit le sac-poubelle », avait d’ailleurs confié sur Reddit Scott Kelly, un astronaute de la Nasa. Cette dernière a ainsi lancé en juillet dernier la mission SpaceX CRS-9. Elle est notamment destinée au ravitaillement de la station, afin d’intégrer un nouveau banc d’essai permettant de tester 12 autres absorbants.

L’enjeu : « produire des purificateurs d’air plus efficaces dans l’espace passera par une meilleure compréhension de l’action des polluants de l’ISS sur l’absorption de divers matériaux », explique Jim Knox, ingénieur spatial et responsable de ce test qui se déroulera sur un an.

>> A lire aussi : Station spatiale internationale: Mais que va-t-il donc faire là-haut ?

L’ISS concentre en effet les composés volatils et les odeurs au lieu de les évacuer dans l’atmosphère terrestre. On y retrouve ainsi pas moins de 200 polluants distincts et le renouvellement de l’air doit s’effectuer à l’intérieur du vaisseau, en circuit fermé. « La composition des polluants de l’air présents sur l’ISS est un champ d’étude nouveau pour nous aussi », résume l’ingénieur.