VIDEO. Mars: La mission européenne ExoMars atterrit ce mercredi sur la planète rouge

ESPACE L'Europe spatiale va tenter de poser ce mercredi en douceur l'atterrisseur Schiaparelli à la surface de Mars...

20 Minutes avec AFP

— 

La mission ExoMars va toucher au but ce mercredi soir
La mission ExoMars va toucher au but ce mercredi soir — ESA

C’est la deuxième fois que l’Europe se lance à la conquête de Mars. La planète rouge ne s’offre pas facilement et nombre de missions s’y sont cassé les dents. Jusqu’à présent, seuls les Américains ont réussi à poser sur Mars des engins qui sont parvenus à fonctionner.

Il y a treize ans, la sonde européenne Mars Express avait largué un mini-atterrisseur Beagle 2, de conception britannique, mais il n’a jamais donné signe de vie. On sait depuis 2015 qu’il a effectivement atterri mais qu’il a été endommagé.

>> A lire aussi : Des salles blanches cannoises de Thales Alenia Space... jusqu'à la planète rouge

Une mission ambitieuse 

TGO (Trace gas orbiter) et Schiaparelli constituent le premier volet d’ExoMars, une ambitieuse mission scientifique européano-russe en deux temps (2016 et 2020) qui vise à rechercher des indices d’une vie actuelle et passée sur Mars. Après un périple de sept mois, TGO et Schiaparelli se sont séparés dimanche. « Tous les deux sont en bonne santé », selon l’Agence spatiale européenne.

>> A lire aussi : Pourquoi les Européens partent seuls trouver de la vie sur Mars

Désormais le module, qui a une masse au départ de 577 kg, fonce sur Mars. Il a montré « qu’il était capable d’émettre un signal », se félicite Michel Denis, directeur de vol d’Exomars au Centre européen d’opérations spatiales (ESOC) à Darmstadt en Allemagne.

Le compte à rebours a commencé 

Ce mercredi, à 14 h 42 GMT (16 h 42 heure de Paris), Schiaparelli sera à 120 km de la surface et il entrera dans l’atmosphère martienne, à une vitesse de 21.000 km/h.

>> A lire aussi : Le projet de Space X est-il réalisable?

S’écouleront ensuite 6 petites minutes haletantes, pendant lesquelles les ingénieurs retiendront leur souffle. Schiaparelli sera d’abord freiné par un bouclier thermique puis par un grand parachute. Sur la fin, neuf rétrofusées entreront en action. L’impact final sera amorti par une structure écrasable protectrice sur le ventre de l’atterrisseur.