Mars: Vaisseau, usine à carburant... Elon Musk explique comment il compte coloniser la planète rouge

ESPACE A la tête de SpaceX, le patron Elon Musk mise sur 2024 pour un premier vol habité, mais l'objectif semble très ambitieux...

P.B. avec AFP

— 

Vue d'artiste du concept de vaisseau interplanétaire de SpaceX, dévoilé le 27 septembre 2016.
Vue d'artiste du concept de vaisseau interplanétaire de SpaceX, dévoilé le 27 septembre 2016. — SPACEX

Start your engine ! Alors qu’il a depuis longtemps les yeux braqués sur Mars, Elon Musk a dévoilé les premiers détails concrets de son ambitieux projet de colonisation de la planète rouge. Au programme : des vaisseaux capables de transporter 100 personnes pour une première mission habitée dès 2024, et l’installation d’une base permanente qui comptera jusqu’à 1 million de personnes d’ici aux années 2060. Histoire d’assurer la survie de l’espèce humaine, rien que ça. Science-fiction ? Pas forcément, mais SpaceX va avoir besoin d’immenses sommes d’argent, même en réutilisant son lanceur.

Evidemment, la vidéo dévoilée en met plein les yeux. SpaceX y dévoile le concept de son système de transport interplanétaire, qui comprend quatre parties :

  • un lanceur réutilisable dérivé de son Falcon 9
  • un vaisseau spatial capable de transporter au moins 100 passagers
  • un réservoir de carburant qui peut être installé en orbite
  • une usine pour fabriquer du carburant sur Mars

100.000 dollars par personne

Le premier vol sera cher, mais l’objectif est de « faire que cela soit abordable à presque tous ceux qui veulent y aller », en ramenant peu à peu le prix du ticket à 200.000 ou  100.000 dollars (178300 ou 89000 euros), soit le prix médian d’un logement aux Etats-Unis, a annoncé Elon Musk.

Mais dans l’immédiat, SpaceX a besoin de sommes folles, et Musk mise sur un partenariat entre le privé et le public. « Il est improbable qu’il soit capable d’amener des humains sur Mars en 2025 » estime John Logsdon, ancien directeur de l’Institut de politique spatiale de l’université George Washington, tout en rappelant que Elon Musk a déjà péché par excès d’optimisme dans le passé concernant ses lanceurs. « Avant tout, il y a un problème de coût. On parle de dizaines de milliards de dollars et SpaceX n’a pas cet argent », selon l’expert.

Le spationaute à la retraite, Leroy Chiao, note que Musk « a constitué un groupe d’experts techniques et opérationnels, et que SpaceX a généré des recettes à partir de lancements de fusées ». « Elon Musk se fixe des objectifs agressifs, et même s’il ne parvient pas toujours à les atteindre, normalement il est capable de le faire. Je dirais que c’est possible », a-t-il indiqué à l’AFP.

Vue d'artiste du concept de vaisseau interplanétaire de SpaceX, dévoilé le 27 septembre 2016.
Vue d'artiste du concept de vaisseau interplanétaire de SpaceX, dévoilé le 27 septembre 2016. - SPACEX

​Et Musk ne compte pas s’arrêter là, il veut que l’homme aille sur des lunettes de Jupiter et de Saturne. « C’est l’interêt de pouvoir ravitailler en orbite, vous pouvez aller où vous voulez dans le système solaire. » On attend les premières cartes postales galactiques.