Question (pas si) bête: Pourquoi certaines plages sont-elles de sable et d'autres, de galets?

SERIE (4/8) Les questions les plus simples sont parfois les meilleures...

Céline Boff

— 

Une plage de sable. Photo d'illustration.
Une plage de sable. Photo d'illustration. — Patti Blake/AP/SIPA

C’est l’été, le corps se relâche et l’esprit a enfin le loisir de se recentrer sur des questions existentielles. Du type : mais pourquoi certaines plages sont-elles faites de sable et d’autres, de galets ? C’est la quatrième interrogation de notre série estivale consacrée aux « Questions (pas si) bêtes ». La preuve.

Le constat

Il y a ceux qui préfèrent ça :

Et d’autres, cela :

Et puis, il y a aussi ceux qui n’aiment rien du tout :

Ah mais oui, pourquoi ?

L’explication

Comme le résume Pierre Le Hir, chercheur au Laboratoire de dynamique hydro-sédimentaire du Centre Ifremer Bretagne à Brest, « une plage est en fait une zone d’accumulation de sédiments – vases, sables, graviers ou encore galets – eux-mêmes issus de l’érosion des montagnes, des sols ou encore des falaises ».

C’est la pluie, le vent et la mer elle-même qui érodent les roches environnantes et créent ces sédiments qui pourront être acheminés jusqu’à la côte… à certaines conditions. « Pour qu’une plage se forme, il faut que des courants ou des vagues – surtout ces dernières, lorsque la hauteur d’eau reste faible – dans le voisinage soient suffisamment énergétiques pour transporter les sédiments », précise Pierre Le Hir.

« Il faut également qu’il y ait une source de sédiments : ce peut-être les fonds marins plus au large (eux-mêmes préalablement alimentés par l’érosion), mais c’est souvent les débouchés de rivières dans le voisinage, ou encore les falaises côtières », poursuit le chercheur. Avec l’aménagement croissant du territoire, notamment l’installation de barrages, ces sédiments finissent par manquer dans certaines régions. Voilà pourquoi des plages disparaissent (ou sont artificiellement maintenues en vie par l’homme).

Comme le souligne Pierre Le Hir, « c’est la réduction des courants ou des vagues sur le bord qui permet le maintien sur place des sables ou des graviers ». Voilà pourquoi l’on trouvera dans les secteurs abrités des vagues de la vase (par exemple dans la baie de Cancale), dans les secteurs très exposés des graviers ou des galets (comme sur la côte du Pays de Caux) et dans les secteurs moyennement exposés des sables.

Bon à savoir

Pour finir, sachez que la forte ou la faible exposition aux vagues varie au cours des saisons : « C’est pour cela qu’en haut de plage ont peut avoir des sédiments grossiers l’hiver et du sable fin l’été », précise Pierre Le Hir. Voilà, bon vent !

Retrouvez nos autres questions (pas si) bêtes de l'été :

>> Question (pas si) bête: Pourquoi la mer est-elle bleue?

>> Question (pas si) bête: Pourquoi les insectes sont-ils attirés par la lumière?

>> Question (pas si) bête: Comment la crème solaire empêche-t-elle la peau de brûler?

>> Question (pas si) bête: Pourquoi n’est-on pas tous égaux face à la transpiration ?

>> Question (pas si) bête: Pourquoi l'air chaud ventilé procure-t-il une sensation de fraîcheur?

>> Question (pas si) bête: Pourquoi certains ne se font jamais piquer par les moustiques?

>> Question (pas si) bête: Pourquoi la mer est-elle salée?