Question (pas si) bête: Pourquoi n’est-on pas tous égaux face à la transpiration ?

SÉRIE (5/8) Les questions les plus simples sont parfois les meilleures…

Hélène Sergent

— 

Le joueur de tennis espagnol Rafael Nadal  lors du tournoi de Roland Garros le 3 juin 2013.
Le joueur de tennis espagnol Rafael Nadal lors du tournoi de Roland Garros le 3 juin 2013. — THOMAS COEX / AFP

Difficile, avec l’arrivée des premières températures caniculaires de l’été, d’échapper à la gouttelette de sueur qui ruisselle entre les omoplates, sur les tempes ou sur la poitrine. Surtout pour celles et ceux, privés de congés à cette période, qui doivent emprunter chaque jour les transports en commun. Un brin d’observation lors de cette épreuve désagréable permet de constater que face à la chaleur et à la sueur, nous ne sommes décidément pas tous égaux.

Le constat

Pourquoi quand votre voisin dans le bus semble perdre des litres d’eau vous vous contentez de virer écarlate (ou inversement) ? Pourquoi certaines personnes restent au sec quand d’autres doivent régulièrement s’asperger de déodorant pour camoufler l’odeur de transpiration ? Et cette odeur, pourquoi est-elle âcre, acide ou épicée ? Quelques éléments de réponses à ces questions, pas si bêtes.

>> A lire aussi : Heurts de bureau: Comment dire à votre collègue qu’il sent mauvais

L’explication​

Pourquoi transpire-t-on ? : « Pour refroidir notre corps et sa température », explique Patrick Brun, dermatologue à Cannes. « Nous disposons de deux types de glandes qui produisent de la sueur :les glandes sudorales apocrines que l’on trouve essentiellement au niveau des aisselles, du pubis, des conduits auditifs et qui se développent à la puberté. Et les glandes eccrines, dont le nombre est défini à la naissance et est variable pour chaque individu. Notre corps en compte plusieurs millions », poursuit le spécialiste.

Ces glandes s’activent grâce aux ordres donnés par des ramifications nerveuses, gérées par le système nerveux sympathique. Lorsque ce système détecte et identifie une température extérieure élevée, une forte émotion ou un exercice physique intense, il génère la transpiration pour maintenir notre thermostat corporel à 37 degrés. Les odeurs, elles, sont liées à l’apparition de bactéries. Si les aisselles ont tendance à sentir davantage, c’est parce que les poils et l’environnement chaud et humide favorisent leur développement.

Mais le corps humain est encore plus complexe. Plusieurs études ont permis de démontrer des variations de cette régulation naturelle chez l’homme et la femme. « A l’arrivée d’un marathon, on s’aperçoit que les hommes transpirent beaucoup plus que les femmes mais que les femmes sont plus rouges car elles dilatent davantage leurs vaisseaux périphériques », détaille Patrick Brun. Cela s’explique, entre autres, par le fait que le corps de la femme contient moins d’eau que celui de son homologue masculin et qu’elle doit mieux la conserver pour éviter la déshydratation. « Les femmes transpirent également davantage au moment de la ménopause », ajoute le dermatologue.

Ces différentes réactions peuvent également être liées à des maladies comme l’hyperhidrose, c’est-à-dire le fait de transpirer beaucoup, généralisée ou localisée sur les mains ou la plante des pieds. L’anhidrose, autre pathologie, est au contraire, le fait de ne pas produire suffisamment de sueur. Les patients qui en sont atteints craignent énormément la chaleur.

Bon à savoir

Non seulement le fait de transpirer est un phénomène naturel et nécessaire pour le bon fonctionnement du corps humain, mais plusieurs solutions existent si l’on se sent gêné ou complexé lorsque la sueur est excessive. « La sueur peut diminuer grâce aux antitranspirants, qui sont différents des déodorants classiques qui masquent juste l’odeur. Pour les sudations plus importantes sur les mains ou les pieds, les séances d’ionophorèse peuvent être efficaces. On utilise un courant électrique de très faible intensité pour bloquer les orifices des glandes sudoripares », conseille Patrick Brun.

Et pour les cas les plus graves, des injections à la surface de la peau, généralement au niveau des aisselles, de toxine botulique (botox) peuvent diminuer la transpiration. Ces injections ont une efficacité pouvant durer 6 à 9 mois et ne sont pas remboursées par la sécurité sociale. Enfin, et c’est bon à savoir si vous souhaitez inviter votre conquête amoureuse à déguster un bon curry épicé, certains aliments (cumin, ail, curry…) peuvent entraîner le dégagement d’une sueur odorante.

Retrouvez nos autres questions (pas si) bêtes de l'été :

>> Question (pas si) bête: Pourquoi la mer est-elle bleue?

>> Question (pas si) bête: Pourquoi les insectes sont-ils attirés par la lumière?

>> Question (pas si) bête: Comment la crème solaire empêche-t-elle la peau de brûler?

>> Question (pas si) bête: Pourquoi certaines plages sont-elles de sable et d'autres, de galets?

>> Question (pas si) bête: Pourquoi l'air chaud ventilé procure-t-il une sensation de fraîcheur?

>> Question (pas si) bête: Pourquoi certains ne se font jamais piquer par les moustiques?

>> Question (pas si) bête: Pourquoi la mer est-elle salée?