VIDEO. Afrique du Sud: Le premier «bouclier anti-requin blanc» testé avec succès

REQUIN «Shark Shield Freedom 7TM» émet un « champ électrique » autour de son porteur et permet de dissuader les squales en provoquant des spasmes musculaires...

20 Minutes avec agence

— 

Un grand requin blanc près du Cap, en Afrique du Sud, le 2 août 2013.
Un grand requin blanc près du Cap, en Afrique du Sud, le 2 août 2013. — DAVID JENKINS / CATERS NE/SIPA

«Shark Shield Freedom 7TM », premier « bouclier anti-requins blancs » a été testé avec succès en Afrique du Sud. Le dispositif émet un « champ électrique » et permet de dissuader les requins blancs en provoquant des spasmes musculaires désagréables.

89 % des squales n’ont pas osé mordre l’appât

« Lors des premiers tests du dispositif, tous les grands blancs ont effectivement gardé leur distance et sont restés à 1,3 mètre en moyenne », expliquent les deux biologistes marins Ryan Kempster et Shaun Collin, de l’université Western Australia, dans leur étude, récemment publiée dans la revue scientifique  PLOS One.

Quelques requins blancs se sont cependant habitués aux « coups de foudre », se rapprochant un peu plus à chaque nouveau passage. « Malgré cette plus grande tolérance aux spasmes chez certains spécimens, 89 % n’ont pas osé mordre ou même interagir avec l’appât-canette, placé à plus d’un mètre du dispositif émetteur », précisent les spécialistes.

Deux caméras et le bouclier anti-requin

Dans leur étude, Ryan Kempster et Shaun Collin expliquent avoir mené leur test sur « 322 rencontres impliquant 41 requins blancs de deux à quatre mètres de long dans les eaux territoriales d’Afrique du Sud ». Ils ont utilisé une perche à laquelle étaient attachés deux caméras et le bouclier anti-requin blanc, activé puis désactivé pour analyser la réaction des squales.

« S’il est efficace sur les requins blancs, il est très probable que ses effets varient sur les autres races », estime le duo qui souligne que ce « sérieux moyen de protection » protégerait toutefois contre la race de requin « la plus impliquée » dans les attaques mortelles.

 

>> A lire aussi : La Réunion se mobilise pour trouver la parade aux attaques de requins

 

« Un moyen efficace de réduire les accidents »

« Nous avons enfin donné au public une véritable preuve qu’il y a un moyen efficace de réduire les accidents ou attaques de requins », se félicitent encore les chercheurs. Des biologistes qui n’ont pas manqué de mettre en garde contre les dispositifs proposés sur le marché qui utilisent des champs électrique et magnétique.

Sans évaluation scientifique, certains pourraient plus attirer les requins que les repousser.

 

>> A lire aussi : Requins: Les attaques sont plus nombreuses, mais pas plus mortelles