Solar Impulse 2 à la conquête de l'Atlantique

ENERGIE SOLAIRE Bertrand Piccard et son copilote André Borschberg étaient partis le 9 mars 2015…

C. A. avec AFP
— 
Solar Impulse 2 a pris son envol depuis New York direction Séville
Solar Impulse 2 a pris son envol depuis New York direction Séville — TREVOR COLLENS / AFP

Solar Impulse 2 s’est envolé à 02h30 locales (08h30 à Paris) lundi de New York direction Séville, en Espagne. La périlleuse traversée de l’Atlantique doit durer quatre jours, étape la plus longue du tour du monde de l’avion solaire.



Le pilote suisse Bertrand Piccard est seul aux commandes de l’avion qui fonctionne grâce à des batteries se rechargeant grâce à environ 17.000 cellules photovoltaïques installées sur ses ailes qui captent l’énergie solaire.

Une étape européenne avant un retour au point de départ

Quelques heures après le décollage de l’aéroport new-yorkais JFK, le pilote a décrit sur Twitter « le ciel rose » en face de lui, au-dessus de l’océan Atlantique, où son avion ultra-léger se trouve à la merci des éléments.



« Me voici seul pour quatre jours au-dessus de l’Atlantique sans une goutte d’essence ! », avait plus tôt tweeté l’aventurier, qui ne pourra s’octroyer que quelques sieste durant la longue traversée.



L’avion ne pouvant transporter qu’un seul pilote, Bertrand Piccard, 58 ans, et son compatriote André Borschberg, 63 ans, se relaient à chaque étape pour accomplir à tour de rôle les longs vols en solitaire.

L’appareil effectue un tour du monde destiné à montrer les capacités des énergies renouvelables. Après cette étape européenne, l’avion fera ensuite retour à son point de départ à Abou Dhabi, d’où Bertrand Piccard et son copilote André Borschberg sont partis le 9 mars 2015.