Les microbes peuvent survivre dans l'espace

SCIENCE Ils voyagent, se fixent sur une planète et donnent naissance à la...

— 

Les microbes voyageant et disséminant la vie dans les confins de l'espace, c'est possible. On le savait: sur terre, les microbes sont des êtres vivants très endurants. Début août, une bactérie âgée de 8 millions d'années, enfouie sous 3 - 4 mètres de glace, a été exhumée d'un glacier de l'Antarctique. Un organisme unicellulaire qui est revenu à la vie dès que la température a permis le redémarrage de son métabolisme. En 2005, une bactérie découverte dans les glaces de l'Alaska, vieille de 32.000 ans, a repris son activité. Et dans l'espace, qu'en est-il?

Conditions spatiales

Pour le savoir, il faut considérer des conditions extrêmes en température et pression atmosphérique. C'est-à-dire : une température de -55°C et une pression équivalant à 300 fois celle de l'atmosphérique terrestre. Des recherches menées par des physiciens américains ont démontré que les cellules primaires peuvent survivre pendant 100.000 ans, coincées dans des cristaux de glaces, et logés à une profondeur de 3 kilomètres. Il suffit pour cela d'apporter les conditions adéquates pour leur redonner vie. C'est ce qu'a réussi une équipe d'astrophysiciens de l'université de Berkeley, en Californie.

Concrètement, des échantillons de microbes, trouvés à 4 kilomètres dans les couches de glace de l'Antarctique, ramenés à la surface après carottage de la surface du glacier, ont réussi à produire de l'oxygène, de l'hydrogène et du méthane. Un gaz très important dans l'apparition d'une atmosphère.

Petite usine de méthane

Explications. Une planète bombardée par des roches de glaces va recueillir une colonie de bactéries. Un cas souvent évoqué avec les comètes, qui en fait sont des morceaux de glaces propulsés dans le vide spatial et qui pourraient enfermer et transporter des micro-organismes. Des organismes unicellulaires capables de faire redémarrer leur métabolisme pour produire des molécules de méthane. Mais à condition d'être placés dans un milieu favorable: température et une pression propices.

L'accumulation de cette production permet la constitution progressive d'une atmosphère de méthane. Une atmosphère favorable au développement de la vie. Car il ne faut pas l'oublier, l'atmosphère terrestre, composée principalement d'azote et d'oxygène n'est pas le seul modèle ou la seule référence d'enveloppe gazeuse favorable à l'apparition de la vie. Sur Mars, des traces de ce gaz ont été détectées en 2004. La seule présence sur le sol martien du méthane ne peut s'expliquer selon les scientifiques américains que par le travail de bactérie.

Les recherches de Berkeley valide l'hypothèse d'une origine extra-terrestre de la vie sur terre. Hyper résistants, les microbes et autres bactéries ont pu voyager dans l'espace et revenir à la vie. Pour, ensuite, la donner.