Le télescope ALMA saisit le festin d'un trou noir supermassif

ESPACE Des astronomes ont pour la première fois observé une pluie de gaz froids intergalactiques venant alimenter un trou noir…

20 Minutes avec agences

— 

Pour la première fois, des astronomes ont observé une pluie de gaz froids intergalactiques venant alimenter un trou noir.
Pour la première fois, des astronomes ont observé une pluie de gaz froids intergalactiques venant alimenter un trou noir. — NRAO/AUI/NSF; Dana Berry/SkyWorks; ALMA (ESO/NAOJ/NRAO)

Pour la première fois, des astronomes ont observé une pluie de gaz froids intergalactiques venant alimenter un trou noir supermassif, dans une galaxie située à un milliard d’années-lumière de la Terre.

La performance a été réalisée par le puissant radiotélescope ALMA de l’Observatoire austral européen (ESO). L’appareil se trouve sur le très haut plateau aride de l’Atacama, au Chili.

« Deux façons de dîner »

Principal enseignement de ces travaux, dont les résultats ont été publiés dans la revue britannique Nature : les trous noirs auraient en fait « deux façons de dîner », résume Michael MacDonald, de l’Institut Kavli d’astrophysique et de cosmologie (Etats-Unis). L’une lente et régulière, l’autre rapide et de courte durée.

En effet, l’idée qui prévalait jusqu’à présent était celle de trous noirs se nourrissant lentement de gaz chauds et ionisés, s’échappant en spirale du disque de matériaux cosmiques en rotation des galaxies.

>> A lire aussi : Tomber dans un trou noir, ce n’est pas la fin du monde

Des gaz alimentant la formation d’étoiles

« Là, nous avons détecté une pluie de gaz froids, venant de partout, de façon sphérique », explique l’astrophysicienne Françoise Combes, de l’Observatoire de Paris, qui a participé à l’étude. « Cela pourrait expliquer pourquoi le noyau du trou noir est vraiment actif. »

Cependant, « nous ne savons pas s’il n’y a qu’une partie de ce repas de gaz froid qui va finalement tomber dans le trou noir », relève Megan Urry, de l’Université américaine de Yale. Mais selon Françoise Combes, « il est vraisemblable que ces gaz moléculaires vont aussi alimenter la formation d’étoiles ».