La bombe gay, le Viagra et les bouses de vache récompensés

Yaroslav Pigenet

— 

Ivan Schwab, lauréat de l'Ig Nobel 2006 d'ornithologie
Ivan Schwab, lauréat de l'Ig Nobel 2006 d'ornithologie — DR

Chaque année depuis 1991, un peu avant l’annonce des vrais prix Nobel, l’université de Harvard accueille la cérémonie d’attribution des prix Ig Nobel (prononcer « ignobeûl », comme ignoble en anglais), qui récompensent des recherches ou des chercheurs dont les travaux « font rire les gens- puis les font réfléchir » (et vice versa).

A l’honneur cette année : une bombe aphrodisaque, un traitement pour le jet-lag chez les hamsters, une technique de gorge profonde à l’usage des avaleurs de sabre…

L’armée récompensée

Le magazine scientifique satirique Annals of Improbable Research , l’organisateur de ce concours, a décidé d’attribuer l’Ig Nobel de la Paix 2007 à un projet de l’US Air Force qui aurait pu donner un nouveau sens au slogan « Faites l’amour, pas la guerre ». Le jury s’est appuyé sur un rapport déclassifié -rédigé en 1994 par l’Air Force Research Laboratory – qui envisage le développement d’armes chimiques non létales… mais capables neutraliser l’adversaire.

Parmi les nombreuses pistes proposées: l’utilisation d’un puissant aphrodisiaque qui, une fois répandu derrière les lignes ennemies, ne tuerait pas les soldats mais augmenterait tellement leur libido que ces derniers deviendraient incapable de se concentrer sur le combat. En particulier, précise le rapport, « si le composé chimique favorise un comportement homosexuel ». Cette idée de « bombe gay » vaut donc à l’armée américaine son tout premier Ig Nobel de la paix.

Le viagra contre le jet lag

Très portés sur les aphrodisiaques, les jurés ont également décerné l’Ig Nobel de l’Aviation à une équipe de biologistes argentins qui a découvert que le sildenafil (Viagra) diminue les effet du jet-lag chez les hamsters. Un nouvel espoir pour les hôtesses de l’air victimes du décalage horaire ? Pas si sûr. En effet, prendre une dose de Viagra avant d’affronter pendant plusieurs heures la promiscuité d’une cabine d’avion est peut-être bon pour le jet lag, mais peut également conduire à des situations très embarrassantes…

Gorges sabreuses

L’Ig Nobel de médecine a quant à lui été attribué aux travaux conjoints d’un radiologue britannique et d’un avaleur de sabre américain sur les effets secondaires de l’avalement de sabre. Les deux compères ont publié leur étude dans la très sérieuse revue médicale British Medical Journal. Ces chercheurs n’ont trouvé aucun accident grave mais ils ont constaté que la pathologie la plus fréquente chez les avaleursde sabre est « la gorge sabreuse », une irritation chronique de la gorge qui affecte essentiellement les avaleurs débutants.

Ignobles recherches

Les jurés ont également décerné l’Ig Nobel de la diététique à une assiette de régime sans fond, qui siphonne une partie de ce que l’on verse dedans, ce qui diminue d’autant les calories que l’on ingère. L’Ig Nobel de chimie est remis au japonais Mayu Yamamoto pour la mise au point d’un arôme artificiel de vanille extrait à partir de bouse de vache. Enfin, l’Ig Nobel de linguistique va à une étude de trois psycholinguistes espagnols démontrant que les rats peuvent percevoir des différences de rythme entre des phrases prononcées en japonais et en néerlandais. Mais qu’ils en sont incapables si les phrases sont prononcées à l’envers.